Le collège d’Harcourt au XVe siècle

Le collège d’Harcourt au XVe siècle, proche du pouvoir, favorise la réforme de l’Université et se développe :

 

Après avoir été fondée en 1280, l’institution avait passé le XIVe siècle en augmentant sa prospérité… tout en ayant un moment craint pour sa survie lors de la guerre de 100 ans

 

Le collège d’Harcourt, institution dirigée par des diplomates, proche du pouvoir royal et de l’Université.

A la sortie de ces troubles, le collège d’Harcourt est dirigé par Denys du Quesnay de 1450 à 1455.

 

Il fut suivi ensuite par Robert Cybole de 1455 à 1458. Ce prélat était d’origine d’Evreux et avait été un ancien boursier du collège.

Elu recteur de l’Université en 1437, il est chargé par le roi Charles VII de plusieurs missions diplomatiques auprès du pape, Eugène IV. La monarchie française et l’Université de Paris voulut alors marquée sa reconnaissance du pape de Rome, en opposition à celui encore installé en Avignon.

 

Avant de prendre la direction du collège d’Harcourt, il fut également chargé de plusieurs missions. Tout d’abord, il assista le cardinal d’Estouville dans une refonte de l’enseignement et la discipline de l’Université de Paris. Ensuite, il fut envoyé devant le pape par le roi Charles VII pour obtenir la révision du procès de Jeanne d’Arc.

Cette dernière cause fut essentielle pour l’ensemble de l’Université de Paris. En effet, les juges de Jeanne d’Arc avaient obtenu de nombreuses aides juridiques de la part des docteurs de l’Université de Paris.

Afin de faire revenir les écoliers du collège, il diminua le prix des locations. Il finança d’ailleurs ce geste par une donation personnelle.

L’organisation du collège d’Harcourt au XVe siècle

A sa mort en 1458, lui succéda Etienne Gervais, jusqu’en 1484.

Sous la direction de ce proviseur, l’organisation du collège reposait sous le modèle suivant : les régents et maîtres de conférences étaient des grands boursiers. Ils étaient chargés de conduire les jeunes étudiants à la rue du Fouarre et sur le chemin de faire réciter la leçon. En échange, ils obtenaient des compléments à leurs bourses. Et souvent, ils étaient externes.

En effet, depuis longtemps, le collège accueillait aussi des étudiants qui payaient leur hébergement. La présence de nombreux externes faisait comme on s’en doute la richesse de l’établissement.

 

Poursuite de la dotation en financement

En 1484, Etienne Gervais meurt. Il est alors remplacé par Pierre le Secourable. Le rapport de ce dernier avec le collège n’était pas simple. Il avait été chassé de l’institution par son prédécesseur. En complément de ses fonctions au collège d’Harcourt, il était également curé de Saint Gervais.

Le prélat poursuivit l’action de ses prédécesseurs en dotant le collège. Il souhaita apporter des fonds pour permettre aux boursiers de pouvoir tenir des revenus pendant les périodes de vacances. Le proviseur mourut en 1508.

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

X
- Entrez votre position -
- or -
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer