La fête Dieu

La fête Dieu à Paris au XVIIIe siècle était le moment d’immenses processions avec faste et luxe dans les rues

 

Tous les ors dehors

Au XVIIIe siècle, Paris célébrait en grande pompe la Fête Dieu. Pour ce jour, toutes les églises et paroisses de la ville mettent en avant leur argenterie et trésor.

En effet, de grandes processions sont alors données dans l’ensemble de la ville. Les portes sont pour l’occasion tapissées, et les soldats veillent aux marches du clergé en grands habits.

Ainsi, la ville est recouverte de fleur, respire l’encens, écoute les chants religieux et s’incline devant les reliques et cortèges.

La Fête Dieu était donc le moment où chaque chapelle voulait afficher la plus grande ferveur et le plus grand faste. Les prélats étaient alors les rois de la cité.

 

La reprise par les enfants

Louis Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris au XVIIIe siècle raconte que l’événement est tel que les enfants se prennent le soir pour des religieux. Mimant les processions, ils réalisaient des mitres en papier et des chandeliers de bois. Certains n’hésitaient pas reconstituer l’hostie que les clercs portaient.

Evidemment, il arrivait que des passants se choquent de ces jeux d’enfants.

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

X
- Entrez votre position -
- or -
Puis-je vous aider ?
Powered by Replace Me
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer