Les maisons sur les ponts

Les maisons sur les ponts, une réalité dangereuse apparue, lors du Moyen Age, qui mit du temps à disparaître. 

 

Les maisons sur les ponts, une réponse pour rechercher de la place au Moyen Age

Pour se protéger, la ville vivait entourée de muraille. Mais les parisiens se trouvaient rapidement à l’étroit à l’intérieur. La ville débordait alors sur les faubourgs, sans bénéficier de la protection de la ville tant sur le plan de la sécurité que de ses privilèges.

Aussi, au Moyen Age, on construisit des maisons sur les ponts. La pression foncière invitait à occuper le maximum d’espace. Ce phénomène atteint son apogée aux XIVe et XVe siècles.

Comme la rivière était propriété royale, les habitants des maisons sur les ponts vivaient directement sous l’autorité du roi, représentée à Paris par le prévôt.

 

Comme les rues, les ponts regroupaient des spécialités : les apothicaires sur le petit pont, changeurs sur le pont au change, libraires et armuriers sur le pont Notre Dame.

Au XVIIe siècle, le pont Notre Dame était le siège de nombreux marchands d’art. Le peintre Watteau réalisé l’enseigne d’un entre eux : Gersaint.

Les maisons du petit pont furent restaurées à plusieurs reprises : 1603, 1659. Le pont comptait 26 maisons en 1702.

Sur le pont au double, la construction n’était pas pour des habitations. Elle était en effet destinée à agrandir l’Hôtel Dieu et relier les bâtiments situés de part et d’autre de la Seine.

 

Un phénomène très dangereux

La Seine était un fleuve capricieux. Aussi, les crues étaient régulières, alimentées très souvent par des périodes de grands froids libérant quantité d’eaux au dégel.

Ainsi disparurent le pont Saint Michel en 1407, en 1547 et en 1616, le pont Notre Dame en 1499, le petit pont en 1406… Il arrivait aussi que seulement quelques maisons soient  emportées.

En outre, le pont, avec ses maisons, pouvait aussi brûler : le pont au change et le pont Marchant en 1621, le petit pont en 1718.

En 1596, le pont aux meuniers s’effondra lors des fêtes de Noël. 150 personnes trouvèrent alors la mort.

 

En savoir plus sur la destruction des ponts

 

La destruction progressivement des maisons sur les ponts

En 1718, le petit pont est totalement détruit par un incendie, emportant ainsi ses habitations. Lorsqu’il fut reconstruit en 1719, on le laissa sans maison. Ce fut la première fois que cela se passa ainsi. En effet, suite à l’effondrement du pont au double en 1709, on le reconstruisit alors avec le bâtiment situé au-dessus.

 

En 1785, il fut décidé de supprimer toutes les maisons sur les ponts. Trois enjeux furent alors affirmés : la sécurité de personnes vivant sur les ponts, l’embellissement de Paris et la salubrité. En effet, on estimait alors que ces maisons étaient des obstacles au passage de l’air.

 

Les maisons du pont Notre Dame furent supprimées en 1786. A cette date, on supprima également celles du pont Marie.

Toutefois, l’application du décret fut plus long de l’autre côté de la Seine. Il fallut attendre 1807 et un décret impérial pour le pont Saint Michel. En outre, le bâtiment de l’Hôtel Dieu sur le pont au double ne fut détruit qu’entre 1825 et 1825.

X
- Entrez votre position -
- or -
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer