Paris au Moyen Age

Paris au Moyen Age s’est principalement développée autour de trois territoires : la Cité, l’Université et la Ville

 

Depuis le haut Moyen Age, Paris s’est construite autour de la Seine. Elle en était la veine (par elle venait marchandises et richesses) et le coeur.

Aussi ce n’était pas surprenant que la Seine séparait les trois parties du Paris médiéval :

  • Au Centre, la Cité, île de la Seine, centre politique de la ville avec le domaine religieux à l’est et le palais du roi à l’est.
  • Au Sud, l’Université, zone sous le contrôle de l’église où se construisait et diffusait le savoir, notamment la théologie,
  • Au Nord, la Ville, zone de la vie populaire de Paris avec ses marchands.

Ces trois espaces se complétaient. Bien sûr, la Ville s’est développée plus vite mais c’était la proximité des pouvoirs politiques et religieux qui attiraient visiteurs, érudits et marchands.

 

Un centre politique majeur

Bien sûr Paris était capitale. Lieu choisi par Clovis au VIe siècle, Paris fut le centre politique principal du royaume de France. Ce furent donc les rois qui développèrent la ville ! 

Aussi, la localisation des palais était essentielle :

  • d’abord dans la Cité, avec le Palais, occupé jusqu’à Charles V et dont il nous reste aujourd’hui la Sainte Chapelle et la Conciergerie.
  • Ensuite, à l’Est

Ce ne fut que sous la Renaissance,  que les rois délaissèrent l’est pour s’installer à l’ouest (le Louvre et les Tuileries).

Nombreuses riches demeures fut édifiées dans Paris par les seigneurs en vue. La Tour Jean sans Peur, vestige de l’Hôtel de Bourgogne en est un exemple encore debout, tout comme, l’Hôtel de Sens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

L’organisation politique de Paris au Moyen Age

Au haut Moyen Age, Paris était un comté. Établis sous les Carolingiens, les comtes de Paris contrôlaient la Ville. Ce furent notamment les Robertiens qui détinrent le titre. L’un d’entre eux devint roi en 987 : Hugues Capet.

Les rois de France conservèrent quelques temps le titre de vicomte à Paris. Toutefois, il finit par disparaître au XIIe siècle. 

A compter d’alors, Paris fut une prévôté, directement sous le contrôle royal. Le prévôt de Paris était le représentant du roi. Il dirigeait la police, appliquait les décisions royales.  

Comme les comtes de Paris, le prévôt vécut dans le grand Châtelet à l’entrée de la rue Saint Denis.

Paris était découpée au Moyen Age en censives. Toutes détenues par des seigneurs ecclésiastiques. C’était en effet, les seigneurs qui prélevaient taxes (cens) et donnaient la justice. On peut citer parmi elles le Temple, Saint Martin des champs, Saint  Germain l’Auxerrois… 

Le Grand Châtelet de Paris en 1800
Le Grand Châtelet de Paris en 1800 Dessin issu de la collection de Hyppolite Destailleur – Crédits photo : Gallica BNF

 

La vie religieuse du Paris médiéval

Paris était très religieuse. La ville honorait ses propres saints : Saint Denis, Sainte Geneviève, Saint Marcel… tous remontant aux origines du Paris Médiéval au haut Moyen Age. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vie religieuse se constitua tout d’abord autour de

  • Notre Dame, la cathédrale dans la Cité, siège de l’évêché,
  • de premières paroisses  : Saint Germain l’Auxerrois, Saint Gervais, Saint Julien
  • de grandes abbayes : Sainte Geneviève, Saint Marcel.

Ces premiers centres religieux fondèrent ce que nous pouvons appeler la première génération des paroisses parisiennes

Ensuite, pendant la deuxième partie du Moyen Age (de l’an mil à 1500), de nouvelles paroisses apparurent au fur et à mesure du développement de la ville : la seconde génération des paroisses parisiennes.

 

La vie populaire et bourgeoise

Ville d’artisans et de commerçants, Paris donnait certains espaces de libertés pour ses artisans qui jouissaient d’un monopôle dés que leur métier était juré : les corporations

En savoir plus sur les métiers parisiens au XIIIe siècle.

Le Livre des métiers d’Etienne Boileau regroupa les statues de ces corporations au XIIIe siècle.

Ces corporations étaient basées sur des maîtres qui après leur apprentissage avaient pu passer un épreuve, le chef d’oeuvre, et vivaient ainsi de leur travail  avec plus ou moins de richesses.

Chacune d’entre elles disposait de sa propre confrérie, installée dans leur église, sous le patronage d’un saint. Lieu de retrouvailles et lieu d’entraide, ces confréries constituaient une base du réseau de ces bourgeois de Paris.

Livre des métiers Etienne Boileau
Image du livre des métiers d’Etienne Boileau. Crédits Bibliothèque nationale de France Gallica

Fêtes et mystères

Paris était aussi une ville de fêtes. Très vivante, elle était régulièrement le lieu de processions religieuses mais aussi de festivités civiles. 

Parmi elles, on peut retrouver : 

  • les entrées royales, lorsque le nouveau roi sacré à Reims faisait son entrée solennelle
  • les joutes, grands tournois médiévaux dans la ville.

 

Le Moyen Age est aussi l’époque des mystères, à l’origine du théâtre. D’abord dans les églises, ils pouvaient aussi être présentés dans la rue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Les champs avec une * sont obligatoires
X
- Entrez votre position -
- or -
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer