Saint Etienne des Grès

Saint Etienne des Grès, petite église de Saint François de Sales, située dans le quartier de l’Université médiévale

 

Une église dont l’origine date des premiers siècles du Paris chrétien

L’église de Saint Etienne des Grès avait ses origines 150 ans avec les invasions des normands à Paris, soit à la fin du VIIe siècle.

A ces débuts, l’église était le siège d’une abbaye.

Toutefois, lors des invasions normandes, elle fut saisie par les envahisseurs en IXe siècle. Il fallut ainsi leur racheter.

Le roi Henri Ier, à qui appartenait cette abbaye, la confia à l’évêque de Paris, Imbert au XIe siècle.

 

Origines d’un surnom : une borne ou une colline

A partir du XIIIe siècle, le surnom des grès est rajouté au nom de l’église. Il provenait peut être de la rue où Saint Etienne des grès était située. En effet, elle était délimitée par des bornes en grès, afin de désigner les limites des censives du roi d’une part et de Sainte Geneviève d’autre part. 

Une autre explication peut aussi être avancée. L’église était installée sur une petite colline, un grès comment on disait alors au Moyen Age.

Une église paroissiale qui se développe au Moyen Age

Au tout début du XIIIe siècle, deux prébendes étaient établies dans l’église. Elles furent augmentées à neuf en 1209, puis 13. Ainsi, cette église était alors paroissiale, établie sur un démembrement de Saint Benoit de Bétourné.

Enfin, c’est également au XIIIe siècle que furent construits les plus vieux vestiges de l’église qui traversèrent le Moyen Age.  En effet, les piliers et la tour de la chapelle Notre Dame de la bonne délivrance datent de cette période. Par ailleurs, le nom de cette chapelle était aussi celui d’une confrérie de dévotion qu’elle hébergeait.

Le portail de l’église était daté, lui, du XIVe siècle.

 

Par ailleurs, parmi les habitués des lieux, on trouvait notamment Saint François de Sales, à qui fut dédié par la suite, au XVIIIe siècle, une chapelle dans l’église.

 

Une église disparue à la Révolution

Saint Etienne des grés fut fermée à la Révolution en 1790. Ensuite, elle fut vendue en deux lots et détruite ensuite. On édifia à la place des maisons, rue Cujas pour la première et rue Saint Jacques pour la seconde.

A noter enfin, que la statue de la Vierge noire de la chapelle Notre Dame de la bonne délivrance fut transférée au couvent des religieuses hospitalières  de Saint Thomas de Villeneuve, rue de Sèvres.

 

Sources bibliographiques :

  • Lebeuf, Jean. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. T2 1893.
X
- Entrez votre position -
- or -
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer