Tour Jean sans peur

La Tour Jean sans Peur, vestige du palais des ducs de Bourgogne d’un Paris alors en pleine guerre de 100 ans, et au cœur de la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons

La Tour Jean sans Peur et l’hôtel de Bourgogne,

Le premier duc de Bourgogne issu des Valois, Philippe le Hardi, fils du roi Jean le bon et père de Jean sans peur, s’installe dans l’ancien hôtel d’Artois, obtenu suite à son mariage avec Marguerite d’Artois

Il réaménage cet hôtel qui s’étale alors entre la rue Mauconseil, au delà du rempart, jusqu’aux rues Pavée et du Lion, sur une surface de plus de 10 000 m².

La Tour Jean sans Peur est  construite, par la suite, vers 1410. A cette date, elle est reliée au cœur de logis et contient deux chambres.

Cet hôtel fut enfin détruit sur ordre de François 1er et seule la tour fut conservée avec un logis.  Elle fut alors acquise par les confrères de la Passion qui organisaient des spectacles de théâtres religieux. Plus tard, la troupe de théâtre de l’hôtel de Bourgogne donna naissance à la Comédie Française (Molière en faisait partie).

Lors du percement de la rue Etienne Marcel au XIXe siècle et après avoir été restaurée, elle fut remise en valeur.

On peut admirer aujourd’hui son escalier à vis, le plafond avec son décor végétal, les chambres et les anciennes latrines. Au sous sol, subsiste par ailleurs un fragment des fondations de l’enceinte de Philippe Auguste.

 

Contexte de construction de cette Tour

Depuis 1392, le roi de France Charles VI a régulièrement des crises de folie qui l’éloigne momentanément du pouvoir. Aussi, son frère, Louis d’Orléans contrôle le Conseil du roi. Toutefois, son cousin, le duc de Bourgogne, furieux de son influence le fait assassiner en plein Paris le 23 novembre 1407 et doit quitter Paris en urgence.

Après avoir réussi à montrer que son acte relevait du “tyrannicide”, Jean sans peur réintègre le Conseil du roi et domine Paris. Craignant pour sa vie, mais aussi pour affirmer son emprise sur la ville, il fait fortifier son hôtel en édifiant cette tour.

Il doit affronter le parti des Armagnacs, constitué par les proches de Louis d’Orléans, qui le combat très régulièrement. Il finira enfin par être assassiné à son tour le  10 septembre 1419 sur le pont de Montereau Foult Yonne en présence du  dauphin et futur Charles VII.

 En savoir plus sur la guerre civile entre les Armagnac et les Bourguignons

Visiter la Tour Jean sans peur :

20, rue Etienne Marcel – 75002 Paris

M° Etienne Marcel (L4)

Bus : Ligne 29 arrêt Turbigo / Etienne Marcel

 

En savoir plus : www.tourjeansanspeur.com

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

Les champs avec une * sont obligatoires
X
- Entrez votre position -
- or -
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer