Les statues équestres des Bourbons des places royales

Les statues équestres des Bourbons des places royales, le retour de l’image des rois lors de la Restauration.

 

Lors de l’élaboration des places royales de Paris, des statues royales représentant le prince régnant du temps avait été édifié. On retrouve ainsi Henri IV sur le terre plein du Pont Neuf, dans l’axe de la Place Dauphine, Louis XIII au centre de la Place des Vosges et Louis XIV au cœur de la Place des Victoires et de la Place Vendôme et Louis XV, Place de la Concorde.

 

Dédiées à la gloire des rois, ces images royales furent détruites en 1792 lors de la Révolution suivant les dispositions adoptées par l’Assemblée Nationale.

Très vite, dés la première Restauration, après l’entrée de Monsieur, frère de Louis XVIII, et Louis XVI, le conseil municipal délibéra l’installation de la statue d’Henri IV.  On retira cette même année celle du général Desaix au milieu de la Place des Victoires. Aussi, pour permettre l’entrée royale de Louis XVIII on constitua une première statue en plâtre pour l’accueillir sur le Pont Neuf.

A son second retour, par ordonnances du 19 janvier 1816 et 14 février 1816, le roi Bourbon conforté sur son trône, après l’épisode des 100 jours de Napoléon, commanda trois statues équestres en les confiant à des membres de l’Institut de France : Louis XIII, Place des Vosges, Louis XIV, Place des Victoires et Louis XV, Place de la Concorde

A l’origine, les statues devaient être en marbre mais seule celle de Louis XIII fut réalisé dans ce matériau.

Ainsi lors de la Restauration, le souhait du nouveau pouvoir était d’afficher sa continuité avec l’ancien régime et oublier la Révolution. Aussi, on retrouve dans le piédestal d’Henri IV la mention de la restitution par Louis XVIII dans la pierre, l’air des anciennes statues.

Après l’installation des statues sur les places royales, certains proposèrent également de les compléter avec celles de Louis XVIII mais aussi de Saint Louis afin de bien afficher la dynastie de retour au pouvoir.

 

Description des statues équestres des Bourbons des places royales

 

  Henri IV Louis XIII Louis XIV
Sculpteur François Frédéric Lemot Charles Dupaty (modèle)Jean Pierre Cortot Henri Bosio
Emplacement Pont neuf dans l’axe de la Place Dauphine Place des Vosges Place des Victoires
Année d’élaboration 1818 1821 1822
Matière Bronze Marbre Bronze
Représentation royale En armure, couronné de lauriers, tenant un sceptre En empereur romain, couronné de lauriers En empereur romain, couronné de lauriers
Piédestal Bas relief présentant Henri IV faisant entrer dans Paris assiégé des vivres   Bas relief présentant le passage du Rhin et l’institution de l’ordre royale de Saint Louis

 

Quelques anecdotes sur les statues équestres des Bourbons des places royales

 

La statue d’Henri IV fut apportée en très grande pompe en août 1818. On raconte que lors du trajet amenant la statue à son emplacement définitif, les chevaux s’épuisèrent, ainsi que les bœufs et il fallut la force du peuple parisien pour aboutir… La fonte de la statue nécessita du bronze de différentes pièces dont celle du général Desaix située précédemment Place de la Victoire.

Par la suite, lors de travaux de restauration de la statue, on retrouve à l’intérieur des boites contenant des parchemins relatifs à l’inauguration sur le pont neuf, un exemplaire des Economies royales de Sully, de l’Henriade, une Histoire d’ Henri le Grand. En effet, il était d’usage de positionner dans la statue de pareilles boites. Toutefois, à la surprise des restaurateurs, on retrouva en plus des boites de cèdres, des boites de plomb contenant la liste des souscripteurs. Cette découverte permit enfin de mettre fin au mythe selon lequel un ciseleur y avait glissé une effigie de Napoléon.

Un défaut de la statue de Louis XIII, Place des Vosges obligea le sculpteur à placer sous le ventre d’un cheval un tronc d’arbre pour qu’elle ne s’écroule pas.

 

Il est à noter qu’aucune statue de Louis XV n’est de nos jours sur la place de la Concorde, malgré des appels de courtisan pendant la Restauration de la volonté initiale.

 

Sources bibliographiques :

 

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

Les champs avec une * sont obligatoires
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer