La carpe et la volaille de la rue de l’Arbre Sec

La carpe et la volaille de la rue de l’Arbre Sec : figures voulues par des parisiens laissant leurs traces…

Des représentations de poissons au fond de Saint Germain l’Auxerrois

Saint Germain l’Auxerrois est une église qui connut de nombreuses histoires, tant dans sa construction que dans les événements qu’elle vit.

Sur la corniche de la chapelle de l’abside, dans le prolongement de l’église du côté de la rue de l’Arbre sec, on peut observer dans l’ornementation, trois au quatre poissons. Ces carpes, coupées en morceaux, sont placées un peu en dessous de la galerie couronnant la chapelle.

On y observa là une tête, puis le corps et plus loin la queue, comme le signale Edouard Fournier dans ses Enigmes des rues de Paris.

Des carpes, laissés par Tronçon

M. Didron apporta au XIXe siècle, une explication à ces carpes coupées en morceaux. En effet, les marguilliers, comme on appelait les habitants du Marais, louaient ces chapelles à des individus, à la condition de les édifier eux même.

L’un d’eux, le dénommé Tronçon, s’était chargé de construire cette chapelle de l’abside.

En souvenir de son geste, il graver ces carpes. Ainsi, il ne faut pas chercher de signification religieuse à leur présence, mais à la signature d’un parisien.

La rôtisseuse et la volaille

Une rôtisseuse de la rue de l’Arbre Sec voulut également laissé sa trace. Fournier trouva dans des mémoires sur  la vie d’un membre de l’Académie de peinture et de sculpture, qu’une veuve de rôtisseur avait fait fortune dans son commerce de la rue de l’Arbre Sec.

Grâce à cette richesse, elle se fit construire une maison, dans le carrefour entre la rue et celle Bailleul. Pour marquer le lieu, elle demanda à ce qu’on installa dans la façade deux figures.

Comme elle s’appelait Anne, elle voulut qu’on y montre une Sainte Anne montrant à lire à la Vierge. A côté, elle demanda qu’on installa dans une sorte de cartouche quelques pigeons et de la volaille, en souvenir de son métier.

Comme on le constate, les carpes et la volaille avaient totalement leur place dans la rue de l’Arbre Sec

Sources bibliographiques

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer