Chute dans l’eau glacée au Bois de Boulogne

Chute dans l’eau glacée au Bois de Boulogne : Deux adolescents meurent en patinant dans un endroit interdit !

Au début du XXe siècle, les parisiens venaient très nombreux sur les bords des lacs du Bois de Boulogne au cœur de l’hiver. Ils espéraient que la glace soit suffisamment épaisse pour pouvoir patiner dessus.

En janvier 1908, on pu patiner un peu. Mais le 14 janvier un drame  se produisit !

En effet, sous les poids des patineurs, la glace céda, emportant avec elle plusieurs d’entre eux dans l’eau.

Nous évoquons  cette catastrophe à partir du Petit  Parisien du 15 janvier 1908.

Des patineurs qui s’étaient sur la glace malgré l’interdiction

Dans ses colonnes, le Petit Parisien rapporte : « des patineurs, malgré le dégel, en dépit des interdictions, s’étaient lancés sur la glace et avaient payé de leur vie leur imprudence. »

Le journaliste détaille que deux patineurs étaient sur le lac au moment où la glace rompit. Mais plusieurs passants cherchèrent à les secourir

Retour sur l’accident

« C’est sur la rive gauche du lac inférieur, à la pointe de l’île située à proximité du « Rond royal » que s’est déroulé ce douloureux événement. »

Il se trouve qu’à cet endroit, lors des gelées, on réserve un emplacement pour les canards. L’eau y reste liquide grâce à l’effet d’une bouche d’eau qui s’y déverse. Si nécessaire, on cassait la glace. Le lieu s’appelait la mare aux canards

Tout autour, les gardes placent des palissades pour éviter les accidents.

Malgré tout, plusieurs personnes cherchaient à passer sur la glace à proximité pour se rendre sur l’île à pied.

Cet après midi des enfants s’étaient mis à s’amuser du côté de la mare au canard. La glace était bien tentante, car elle n’était marquée par aucune trace.

Aussi, les enfants s’amusaient à y faire des glissades.

Deux d’entre eux se mirent à se disputer et se battre. Cependant, rapidement, la glace rompit et ils se retrouvèrent dans l’eau glaciale.

Tout au début, les spectateurs étaient incrédules. Il fallut qu’un des enfants apparusse et disparaisse de nouveau pour qu’on cria au secours.

Les secours à secourir

Les sauveteurs arrivèrent sur les lieux et se précipitèrent, passant au dessus des palissades. Ils furent à leur tour emporté dans l’eau. Ils étaient trop nombreux pour la fine couche de glace. Certains purent regagner la rive. Un homme resté au sol retira ses vêtements et se jeta à l’eau. Il put ainsi faire secourir certains sauveteurs. Mais ayant ramené deux personnes, il remonte dans sa voiture et disparait.

Un artilleur arriva à son tour. Il monte sur la glace avec une corde et la lance à plusieurs reprises à  un naufragé recroquevillé sur un glaçon. Après avoir sauvé une autre personne, il se retrouve à son tour dans l’eau, après que la glace eut cédé.

D’autres personnes se mirent en chaine pour aider.

A la recherche des corps

Il fallut attendre encore un peu pour qu’on apporte un bateau. On réussit à sortir un noyé de seize ans. Inanimé, son cœur battait encore doucement. Mais il ne survécut par longtemps.

C’est alors que le préfet Lépine arriva sur les lieux, avec 6 barques. On  peut se mettre à chercher les corps. On en trouva un autre, mais on dut remettre au lendemain les recherches.

Les personnes tombées dans l’eau et ressorties vivantes, furent soignées dans un poste de secours du Bois de Boulogne.

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer