La destruction de l’Hôtel de Soissons

La destruction de l’Hôtel de Soissons : quand un grand espace est rêvé pour construire une autre place royale

Construit à la fin du XVIe siècle, l’Hôtel de Soissons fut une volonté de Catherine de Médicis. De cette grande bâtisse, il ne reste aujourd’hui que la fameuse colonne Médicis, au bout du jardin des Halles.

Au cours du XVIIe siècle, l’hôtel fut la propriété des princes de Savoie. Toutefois, venant peu à Paris, ils laissèrent aller l’endroit. En effet, ils louèrent des parties à certains locataires non recommandables. Ils y ouvrirent la porte aux joueurs puis à la banque de John Law.

Ce dernier quitta les lieux en 1719. Mais que faire de cet endroit, si grand et si bien placé ?

Un premier projet de destruction voulu par Colbert

Fâché par cette activité de jeu, Colbert avait envisagé de détruire l’Hôtel de Soissons. Certes, comme le souligne Edouard Fournier, il se dégradait progressivement, mais pas assez vite au gout du ministre.

Comme le lieu était très grand, Colbert imagina occuper l’endroit par un immense bassin. Ici, au sommet d’un rocher, on aurait vu Louis XIV majestueux foulant à ses pieds la Discorde et l’Hérésie. La statue aurait été de bronze, accompagnée par quatre autres représentant les fleuves, appuyés sur des urnes rejetant de l’eau.

Le projet ne fut pas mené à terme. Le casino resta dans les lieux.

La véritable destruction et un autre projet de monument royal

La destruction fut conduite en 1748 véritablement.  Un poète imagina faire édifier à la place une autre statue.

 Autre temps, autre roi. Aussi, Gresset, notre poète, voulut installer une représentation de Louis XV. Mais pour cela, il eut besoin d’utiliser la colonne Medicis. Il s’agissait d’en faire partie de son monument triomphal.

L’objectif était ainsi d’installer à la place de l’Hôtel une nouvelle place royale.

Toutefois, son projet ne se fit pas.

Il faut dire que d’autres projets se faisaient concurrence. Que faire de ce lieu ?

En tout état de cause, la colonne Médicis fut conservée. Mais ça, c’est une autre histoire.

Sources bibliographiques

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer