Les immeubles Art nouveau dans le quartier du Trocadéro

Les immeubles Art nouveau dans le quartier du Trocadéro : des édifices annonçant une nouvelle architecture…mais qu’on ne retrouva pas à Paris ensuite

Le XVIe arrondissement est véritablement celui de l’art nouveau à Paris. C’est là que le grand Hector Guimard laissa le plus grand nombre de ses œuvres parisiennes. On y trouve d’autres grandes splendeurs, en particulier dans le quartier du Trocadéro.

Parmi ces immeubles, nous évoquerons :

  • L’immeuble des frères Perret de la rue Benjamin Franklin, quand ils s’intéressent pour la première fois au béton armé,
  • L’immeuble Les Chardons, un des grands chefs d’œuvre de l’art nouveau, réalisé en béton mais recouvert de magnifiques céramiques en grés d’Alexandre Bigot,
  • L’édifice Ernest Herscher de la rue Scheffer,
  • Le dernier immeuble d’Hector Guimard à Paris, au bout de la rue Greuze.

Des immeubles d’un art nouveau tardif

Tout d’abord, frappant de se rendre compte que plusieurs de ces immeubles s’inscrivent à la fin de la période Art nouveau.

C’est le cas tout d’abord de l’immeuble d’Ernest Herscher de la rue Scheffer, réalisé dans les années 1910. Ensuite, l’immeuble d’Hector Guimard de la rue Greuze date lui de la fin des années 1920. Bref, nous sommes loin des grandes années où l’art nouveau fleurit dans la capitale (pour reprendre la métaphore florale qui lui est si particuliers) dans les années 1890.

Des immeubles avec des innovations sur la matière de construction

Deux autres immeubles sont à regarder différemment : celui des frères Perret de la rue Benjamin Franklin et celui des Chardons. Tous deux, construits la même année en 1903, reprennent un tout nouveau système, celui de François Hennebique. Il s’agit de construire l’édifice en utilisant en totalité le béton armé. Changement complet de type de maçonnerie, offrant d’autres possibilités que la pierre. Auguste Perret restera marqué par cette innovation.

Cependant, il s’agit encore de l’art nouveau avec des usages de décors floraux… comme le rappellent les chardons. Les bows windows sont aussi largement utilisés.

Une période de transition

Ainsi, en quelque sorte, les immeubles Art nouveau du quartier du Trocadéro s’inscrivent dans une transition. Finis, l’âge d’or du genre. Finie la jeunesse du grand Guimard qui se lançait dans des grandes représentations des tiges comme au Castel Béranger de la rue de la Fontaine. Mais, ils n’annoncent pas l’art déco, en lien avec l’exposition de 1925 et qui marquera tant de façades parisiennes.
C’est ici l’œuvre d’Auguste Perret et de ses acolytes avec le béton armé : ils annoncent le Corbusier dont il fut le maître formateur.

Quant à Guimard, il regarde vers les Etats Unis qu’il imite dans la rue Greuze, avant de s’y établir pour y finir sa vie.

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer