La journée de travail au Moyen Age

La journée de travail au Moyen Age était strictement encadrée s’adaptant aux saisons et aux fêtes religieuses

 

Déjà au XIIIe siècle, la réglementation du travail visait à assurer la loyauté de la fabrication, éviter l’exploitation par les maîtres des valets et des apprentis et obtenir l’égalité dans les conditions de travail entre les membres de la corporation.

 

Des horaires changeant avec la saison

Les règlements des métiers existants au XIIIe siècle encadrant la journée de travail. Aussi, dans la plupart des cas, elle démarrait au lever du soleil, ou dans l’heure qui le suivait. En pratique, c’était par la sonnerie de fin de guet de nuit que le travail démarrait.

La journée de travail finissait, elle, à des moments différents suivant les métiers :

  • A la tombée de la nuit,
  • Lorsque la cloche de l’église voisine sonnait complies,
  • Lorsque le premier crieur du soir passait,
  • Lorsqu’on sonnait les vêpres…

Cet horaire de fin se basait sur la fatigue du travailleur d’une part et de la luminosité d’autre part.

Dans certains cas, le maître pouvait prolonger l’activité de ses valets après vêpres jusqu’à la tombée de la nuit, sous condition d’un contrat spécial.

Le travailleur pouvait prendre jusqu’à 45 minutes pour son repas.

Ainsi, suivant la saison, la journée pouvait durer aux alentours de 7 heures en hiver et 14 heures en été.

 

De nombreux jours chômés, au fil des fêtes religieuses.

Certains jours étaient consacrés au repos et aux cérémonies religieuses : ils devaient être obligatoirement chômés au risque d’être fortement sanctionné :

  • Les dimanches
  • Les fêtes religieuses qui étaient très nombreuses.

Mois

Fêtes

Janvier Sainte Geneviève et l’épiphanie
Février Purification de la Sainte Vierge
Mars Annonciation
Mai Saint Jacques Mineur et Saint Philippe, Invention de la Sainte Croix
Juin Nativité de Saint Jean Baptiste
Juillet Sainte Marie Madeleine, Saint Jacques Majeur, Saint Christophe
Août Saint Pierre es-Liens, Saint Laurent, Assomption, Saint Barthélemy
Septembre Nativité de la Sainte Vierge, Exaltation de la Sainte Croix
Octobre Saint Denis
Novembre Toussaint et les Morts, Saint Martin
Décembre Saint Nicolas

A ces fêtes communes, les travailleurs du Moyen Age chômaient également le jour de la fête du saint Patron de la confrérie, celles du saint patron de leurs paroisses, celle de leurs maîtres et de ses proches.

Ainsi, en moyenne plus de 80 jours par an étaient chômés.

 

En complément, le travailleur du Moyen Age travaillait sur une durée plus faible le samedi mais aussi les veilles des fêtes religieuses.

 

Sources bibliographiques :

  • Martin Saint-Léon, Étienne (1860-1934). Histoire des corporations de métiers depuis leurs origines jusqu’à leur suppression en 1791. Paris. 1922.

 

Les champs avec une * sont obligatoires
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer