Les moulins de Montmartre et la peinture

Les moulins de Montmartre et la peinture : Au XIXe siècle, diverses mises en avant de leurs « personnalités »

 

Bien sûr, Montmartre fit le bonheur de nombreux peintres… Mais remontons un peu en arrière, lorsque la butte était un petit village avec ses nombreux moulins !

Déjà, le lieu attirait les peintres, qui nous ont ainsi laissé un témoignage de la butte dans le temps, avant que l’urbanisation n’efface les anciens sites, pour paraphraser Charles Sellier.

 

Quelques peintres de ces temps

Au début du XIXe siècle, de nombreux artistes sillonnaient alors les chemins de la butte. On pouvait ainsi y croiser Charlet, puis Chintreuil.

Par la suite, on trouvait Corot et Charles Jacques

 

Georges Michel

Voici un peintre très intéressé par Montmartre. Pauvre toute sa vie, il venait régulièrement arpenter ce coin « animé de moulins, d’ânes et de mulets, accidenté d’escarpements broussailleux, de pentes vertes, de mares et de carrières » pour citer les mots de Charles Sellier.

Là, Michel se délectait de nombreux sujets. Ainsi, il représentait comme l’indiquait Alfred Sensier, son biographe : « les ailes des moulins », « leurs lourdes charpentes osseuses ».

 

Willette

Plus tard, Willette s’intéressa à son tour aux moulins de Montmartre. Avec lui, les « moulins prennent des allures mystérieuses et fantastiques, tantôt moulinets ironiques perchés dans le lointain, tantôt moulins vampires, véritables visions échappés d’un cauchemar »

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer