Le cloître et couvent du Temple

Le Couvent du Temple, ensemble de maisons et de bâtiments pour le “service divin” et la justice seigneuriale.

 

Grâce aux travaux de Henri de Curzon à la fin du XIXe siècle, nous disposons d’un panorama des bâtiments composant le couvent du Temple (comme pour la Tour, Sainte Marie du Temple ou le palais du prieur).

 

En effet, dés le temps des Templiers, ces bâtiments étaient d’une capacité suffisante pour réunir les chapitres et autres assemblées. C’était ici  qu’était rythmée la vie de la province de France du Temple en son siège. Ils purent servir au XIIIe siècle pour accueillir le roi d’Angleterre, Henri III.

 

Le cloître

Edifié au XIIIe siècle, il semble que le cloître avait une disposition particulière. En effet, pour Henri de Curzon, l’église ne se contentait pas de constituer un des côtés du cloître, mais elle rentrait à l’intérieur de la cour.

La galerie Nord du cloître était parallèle à Sainte Marie du Temple et ne dépassait pas la moitié de la rotonde (partie circulaire et plus ancienne de l’église du Temple). A ce niveau, une autre galerie rejoignait l’église. La galerie Ouest était à proximité du porche de l’église.

Au dessus de la galerie du cloître, on avait construit un étage et une galerie.

Les galeries étaient d’une forme simple et mesuraient un peu moins de 6 mètres de large.

 

Il fut largement modifié au XVIIe siècle lorsqu’on lui rajouta un deuxième étage et que la partie Ouest fut détruite.

En effet, les religieux vivaient dans la partie Nord qui fut conservée. Ils bénéficièrent alors d’espaces plus large pour vivre. Alors qu’au Moyen Age, ils se contentaient d’une simple cellule, ils occupèrent chacun après ces grands travaux d’un appartement de trois pièces. Bien qu’il existait un grand escalier en grès dans le cloître, chacun des moines vivants dans les lieux disposait de son propre escalier menant à son appartement.

 

Les maisons conventuelles

A proximité du porche de l’église et du côté de la galerie Ouest du cloître, un bâtiment était destiné à accueillir les visiteurs. Il était réputé dater des Templiers.

Des logements pour des employés de Sainte Marie du Temple se trouvait près de l’église, sur son côté Sud. Là vivaient loueurs de chaises, chantres, vitriers. Certaines maisons à cet endroit servait également de dépôts pour des outils.

A proximité, on avait édifié un bâtiment appelé le dortoir des religieux. En effet, au bout de la galerie Nord du cloître, on accédait à une cour entre l’église Sainte Marie du Temple (au niveau de la chapelle de Saint Pantaléon). Au premier étage, vivait le grand prieur de France qui y disposait de grands appartements sur deux niveaux (avant d’occuper par la suite son palais). Au rez-de-chaussée, on y trouvait le réfectoire mais aussi un dortoir pour des religieux. En effet, seuls les moines résidents de l’ordre des Hospitaliers vivaient dans le cloître. On y avait permis également à des confréries de l’église de pouvoir y installer leurs bureaux.

 

Les nombreuses cours

Indemnité, basse cour, cour des Tours… Telles étaient les noms des nombreuses cours situées dans l’enchevêtrement des construction de l’enclos du Temple.

On accédait à la cour de l’Indemnité à partir d’un passage venant de la place devant l’église. A cet endroit, au centre, des petites maisons avaient été aménagées pour des artisans. Située à proximité du palais du prieur, on y trouvait au XVIIIe siècle des maisons en pierre de taille pour le service du prieur : cuisines, offices, rôtisseries, lingeries, caves mais aussi logements pour les serviteurs et domestiques dédiés.

A proximité, on y avait construit également la maison de l’apothicaire qui disposait elle aussi de sa petite cour.

La basse cour donnait sur les écuries. La aussi, au XVIIIe siècles,deux bâtiments étaient en pierre de taille pour héberger selleries, boxes et logements, l’un en face de l’autre.

La cour des Tours était située en face de la Tour du Temple. On y trouvait également  le baillage, constitué au rez-de-chaussée d’une grande salle, avec son parquet et le greffe à proximité et les appartements de neuf pièces du bailli aux étages. Ce bâtiment avait lui aussi été profondément remanié au XVIIIe siècle.

 

La prison du Temple était située au niveau de l’entrée de l’Enclos du Temple. Elle disposait d’un espace “auditoire” peut être pour les affaires criminelles, mais aussi d’une salle pour la chambre du conseil. Les geôles étaient situées au sous  sol. Une ouverture barrée par des barreaux de fer permettant aux prisonniers d’entendre la messe donnée dans la chapelle qui leur était dédiée.

 

Dans l’enclos du Temple, au delà des maisons des religieux dédié tant “au service divin” qu’à la gestion de ses biens une véritable population était installée. Artisans mais aussi riches personnages avec leurs hôtels particuliers y avaient leurs demeures.

 

Sources bibliographiques :

  • Henri de Curzon, La Maison du Temple de Paris : histoire et description : avec deux planches : thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris, Hachette, Paris, 1888, 356 p
Fields marked with a * are required

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer