La pyramide du Parc Monceau

La pyramide du Parc Monceau : une curiosité du style de l’Egypte antique, entourée par de nombreuses légendes

 

Bien que le Parc Monceau que nous connaissons aujourd’hui fut remanié en 1861, il est l’héritier d’un jardin plus ancien : celui de la Folie de Chartres. Datant des années 1770 et réalisé dans un style anglais, il abritait de nombreuses curiosités. Parmi elles, le bois des tombeaux et sa pyramide !

 

Les légendes autour de la pyramide du Parc Monceau

La tradition voulait le duc de Chartres, devenu Philippe d’Orléans organisait de nombreux goûters. Très recherchés, ils auraient eu lieu dans le canton des pyramides, dans le bois des Tombeaux. A l’intérieur de la pyramide, la légende racontait qu’on y buvait de la tisane d’Aï en chantant les vers érotiques écrits par l’abbé de l’Atteignant.

Une autre légende racontait aussi que le concierge du jardin du duc de Chartres y hébergeait par temps de pluie des vaches du domaine… ce qui fera dire à des chroniqueurs du XIXe siècle, que la pyramide reprenait aussi le culte d’Apis, le taureau divin de l’Egypte antique.

Autour de la pyramide, on avait placé des urnes funéraires, mais aussi des statues, des colonnes prisées.

 

L’accueil du public du XIXe siècle

Dés l’ouverture au public du Parc Monceau en août 1861, la foule se précipita pour observer cet énigmatique monument, réplique de la pyramide de Chéops. On avait même gravé des têtes de pharaons sur la porte.

Il était possible de rentrer à l’intérieur. Aussi, on s’y asseyait sur des petits bancs en pierre.

 

La pyramide du Parc Monceau : une des curiosités antiques du parc

Aujourd’hui, le Parc Monceau conserve encore certaines curiosités. Nous pouvons bien sûr citer la naumachie, reconstituant un grand cirque à la romaine.

Du temps du jardin du duc de Chartres, on trouvait aussi des temples à la grecque. Un existe encore aujourd’hui, déplacé au bout de l’île de la Jatte, visible du pont de Neuilly !

Attention ! Les curiosités n’étaient pas toutes antiques ! Il y avait aussi des châteaux médiévaux, des tentes d’autres pays.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer