La rue des colonnes

La rue des colonnes, exemple d’architecture construite sous la Révolution, sur une rue créée pour l’occasion.

 

Rue des colonnes
Rue des Colonnes – prise en septembre 2014

 

D’abord un passage profitant de l’aubaine de l’ouverture du Théâtre Feydeau

En pleine Révolution, un théâtre est construit rue Feydeau pour donner des représentations d’opéras comiques français et italien : le théâtre Feydeau. Nous sommes le 6 janvier 1791.

Suite à cette ouverture et des premiers succès du théâtre, plusieurs personnes achètent l’hôtel de Verneuil en 1792, dont le terrain est situé à proximité. Leur objectif est affiché : constituer une société qui réalisera des constructions sur le terrain.

Aussi, en 1793, il est acté qu’une galerie serait constituée permettant de rejoindre à partir de ces terrains le théâtre. Des grilles devaient fermer ce passage toutes les nuits.

 

L’architecte désigné par les associés, Nicolas Vestier, dessine alors une rue avec des arcades supportées par trente six colonnes.

Huit maisons sont construites jusqu’au premier étage mais l’opération doit cesser en 1794. Le projet est pris dans la tourmente révolutionnaire : un des associés est condamné à mort ;  l’architecte doit se retirer…

L’aventure ne s’arrête pas et un nouvel architecte est désigné. Les premières maisons sont alors vendues à des particuliers.

 

Une architecture avec des arcades.

L’originalité de la rue était que seule la chaussée n’était pas recouverte. On pouvait passer à pied sous des galeries couvertes par les maisons de la rue, ce qui permettait d’accéder au théâtre sans craindre la pluie mais aussi flâner devant les boutiques installées dans les lieux.

Ces galeries étaient supportées par des colonnes de style dorique, ornée de palmettes.

 

Transformation de la voie privée en rue.

Dans la mesure où à cette époque, il s’agissait d’une voie privée, les grilles devaient être fermées le soir à 11 heures. Aussi, afin de permettre l’ouverture totale de l’espace, il fallait la faire inscrire en tant que rue.

Aussi, une demande fut faite dans ce sens devant la commune de Paris. Toutefois la chaussée mesurait 7 mètres de largeur, soit moins que la taille minimale autorisée pour ouvrir une rue dans Paris depuis le règlement de 1783 (9 mètres). Il fut alors argué que si on intégrait les galeries couvertes, sa largeur atteignait 13 mètres. Ainsi en 1797, elle fut reconnue comme rue et les grilles purent être supprimées.

 

Visiter la rue des Colonnes

75002

Métro Bourse – Ligne 3

 

Sources bibliographiques :

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer