Les premiers ballets de la Renaissance

Les premiers ballets de la Renaissance furent réalisés par Catherine de Médicis en souvenir de sa jeunesse…

 

Avec le règne d’Henri II, l’Italie entre dans les tous premiers rôles à la Cour de France. Une florentine est sur le trône.

Aussi, Catherine de Médicis apporte les nouveautés de Florence. Parmi celles-ci, les grands ballets !

De fait, la reine voulut, comme le rapporte Germain Bapst dans son essai sur l’histoire du théâtre, retrouver dans ses châteaux français, les fêtes qu’elle avait connues dans sa jeunesse.

 

Le ballet des polonais de 1573 : premier spectacle du genre aux Tuileries

En 1573, les polonais envoyèrent une délégation de la plus haute importance. En effet, le fils d’Henri II et de Catherine de Medicis avait été choisi pour porter la couronne de la Pologne. Toutefois, il répugnait à faire le voyage pour s’installer sur son trône.

Aussi, ces ambassadeurs polonais vinrent à Paris pour demander solennellement au prince de venir. Bien sûr, Catherine prit le soin de les accueillir avec beaucoup de soins.

Elle décida alors de leur organiser une grande fête dans son palais des Tuileries. Ainsi, on construisit une salle en charpente décorée de guirlande. On la destinait en effet pour l’organisation d’un ballet avec de nombreuses décorations. En effet, le spectateur pouvait admirer un rocher mobile à l’aide de petites roulettes.

Les dames de la cour se chargèrent de danser ce soir là. De ce fait, ce ne fut pas totalement une pièce de théâtre.

 

Le premier ballet opéra en 1581 : le Ballet de la reine

C’est dans la salle du Petit Bourbon qu’on joua le premier opéra parisien en 1581. Il fut joué devant le roi et la reine, ainsi que des ambassadeurs. Installés au fond, ils laissaient la salle au deux tiers vides pour former une scène grandiose.

En effet, les spectateurs avaient pris place sur des galeries montées sur les côtés.

Sur scène, on avait installé les décors d’un jardin, avec un petit bocage. Entre les arbres, se déplaçaient des nymphes, des dryades… Ensuite, derrière, la scène disposait d’une grotte, à l’intérieur de laquelle brillait une grande quantité de diamants.

Pour faire des décors, réalisés par Jacques Patin, on avait utilisé une grande quantité de fleurs et de fruits, mais aussi des toiles pour figurer les bois. Au dessus, un grand soleil d’or projetait ses rayons sur l’ensemble de la décoration. Pour éclairer cet ensemble, on avait fait pendre des lanternes à huiles sur les arbres, posé des cierges dans le jardin.

Au cours du spectacle, on utilisa ensuite de nombreuses machines, des bateaux, des fontaines, sur lesquels les personnages montaient pendant leur jeu.

Les costumes étaient également très travaillés : on avait donné à certain des habits de l’époque et pour les personnes de la mythologie, on les affubla de costumes grotesque. Ainsi, Pan était un satyre avec un mandillet de toile d’or, la couronne sur la tête, un bâton noueux à la main. De son côté, Mercure avait une robe de satin et un manteau de toile d’or.

La pièce était un poème dialogué et chanté, avec un  accompagnement  et des intermèdes de ballets.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer