Les danses des bals parisiens

Les danses des bals parisiens étaient une forme d’expression populaire et indocile, tout en suivant les modes et l’amusement.

 

Le cancan

Cette danse s’installe progressivement dans les bals à compter du milieu des années 1830. Cette danse populaire se développe en s’opposant à la Monarchie de Juillet qui voulait la codifier. Profondément populaire, elle évoluait avec les modes du bal.

D’abord appelé chahut, le cancan se développe dans la culture populaire

A noter que pour danser le cancan, le mouvement des bras était aussi important que celui des jambes.

 

La quadrille 

« La quadrille est une piaffe serrée et concise, une ondulation serpentine, un balancement gracieux et voluptueux. » écrit Paul Mahalin

Héritière de la contredanse du XVIIIe siècle, la quadrille était une danse en groupe, reprenant des ensembles de pas : le pantalon, l’été, la poule, la pastourelle, la finale. C’était des successions de dans en chaîne, en couple. Pour chacune des saisons des bals, le directeur composait une nouvelle quadrille qu’on exécutait alors : la quadrille des incas, des abeilles…

 

Les danses hongroises

A partir de 1845, ce sont les danses hongroises qui sont à la mode : Polka, mazurka, redowa. La première est rythmique, la dernière est douce.

Pour pouvoir la danser, nombre de parisiennes abandonnent les robes pour préférer les costumes masculins et gagner ainsi plus de liberté de mouvement.

Ces danses venues de l’est de l’Europe donnaient plus de sautillant.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer