Les épiciers et les apothicaires

Les épiciers et apothicaires, ou l’histoire de tentatives éternellement manquées du divorce de 2 communautés.

 

A l’origine deux communautés du Moyen Age

Les premiers statuts des épiciers remontent à 1311.  Cette profession contrôlé alors par un maître et 3 jurés se devait de respecter les consignes publiques en matière de poids et de balances.  C’était en effet aux épiciers que revenait la garde et le contrôle des poids dans Paris.

De leurs côtés, les apothicaires qui étaient encore indépendants au XIVe siècle se devait d’être vigilant dans la composition de leurs remèdes et faisaient l’objet de contrôles par des jurés accompagnés par 2 maîtres en médecine.

 

Un mariage arrangé par les autorités à la fin du XVe siècle

C’est Charles VIII qui en 1484 décide de regrouper les deux communautés en une seule corporation.

Une seule corporation mais 4 spécialités :

  • marchandises d’épicerie
  • apothicairie
  • ouvrages de cire
  • confitures de sucre

 

Pour devenir maître un aspirant se devait de présenter un chef d’oeuvre dans une seule de ces spécialités. Il était en effet interdit de les cumuler.

 

Pour aboutir à un divorce 30 ans plus tard

Mais bon ! Epiciers et apothicaires ne firent pas bon ménage. Les premiers trop nombreux ! Les seconds trop sûr de leur supériorité. Les épiciers exclurent les apothicaires des élections des jurés. Ces derniers firent appel à Louis XII pour qu’ils les protège.

Le roi sépara les deux communautés en 1514. Les apothicaires tentèrent de conserver la vente de produits d’épicerie, ce qui leur fut interdit en 1518.

 

Le milieu du XVIe, la victoire sur les mercier et la reconnaissance suprème

Au milieu du XVIe siècle, il fut temps pour les épiciers de défendre leur territoire. Les puissants merciers avaient depuis longtemps franchi leurs plates bandes. En 1560, on leur donna 3 mois pour cesser leur activité d’épicerie ou pour prendre la maîtrise.

A cette occasion, on les exempta du balayage des rues et du guet

 

En 1571, Charles IX les fit entrer dans les 6 corps, au deuxième rang.

 

Nouveau mariage au XVIIe qui manqua de peu de tomber !

En 1638, on fusionna de nouveau les épiciers et les apothicaires. Chacun avait trois jurés pour se contrôler.

Une seule communauté certes. Mais pas du tout la même sélection :

  • pour les apothicaires : un examen théorique de trois heures et un examen pratique
  • pour les épiciers : aucun chef d’oeuvre.

 

L’apprentissage était de 3 ans pour les épiciers et 6 pour les apothicaires.

 

Les épiciers offrirent 120 000 livres pour être séparés des apothicaires en 1691. L’autorisation leur fut donnée. Toutefois, il fut alors impossible de répartir les biens et les dettes. Aussi, 6 mois plus tard, les épiciers renoncèrent à ce nouveau divorce

 

Sources bibliographiques

Fields marked with a * are required

%d bloggers like this:

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer