Logement d’urgence à l’école de la rue de l’Amiral Roussin

Logement d’urgence à l’école de la rue de l’Amiral Roussin : rapidement submergée mais aussi très risquée …

Au cours de la crue de 1910, le XVe arrondissement est très touché par la crue. Les rues de Grenelles et de Javel sont sous les eaux. Les habitants ont dû fuir. Mais où aller ?

Pour cela, plusieurs solutions d’hébergement d’urgence furent trouvées. C’est notamment le cas de l’école de la rue de l’Amiral Roussin, dans le XVe arrondissement, entre Commerce et Cambronne.

Installation des premiers sinistrés

Le 27 janvier 1910, la Seine monte et monte. Comme le rapporte le lendemain le Petit Parisien, il devient indispensable de faire évacuer des habitants dans le quartier de Grenelle.

« Au numéro 7 de la rue de la Sablonnière, se trouve une cité habitée par de nombreux ménages d’ouvriers. Hier, après midi, on a fait évacuer la plupart des logements, l’eau montant à vue d’œil, dans les rez-de-chaussée. »

On se tourne alors vers l’école de la rue de l’Amiral Roussin :

« Deux locataires, les époux Rivaud, le mari malade, la femme paralysée, ont dû être transportées sur des civières, à l’école de la rue de l’Amiral Roussin, où ils ont été provisoirement installés en attendant qu’ils soient dirigés sur un hôpital. »

Arrivée massive des sinistrés

Mais la Seine continue de monter. Les infiltrations et les inondations sont toujours plus importantes. Les rues se transforment en canaux de plus en plus profonds. Le nombre de délogés augmente de manière folle. Le Matin explique le 29 janvier 1910 :

« Cent réfugiés sont hospitalisés à l’école maternelle de la rue de l’Amiral Roussin. Soixante s’abritent à l’école des filles voisine. Les services du logement et de la distribution de vivres fonctionnent avec régularité. Il y a encore quarante lits disponibles à l’école des filles. »

Comme on le constate, on a du trouver des solutions en urgence.

Risque d’effondrement de l’école

Seulement, cet afflux important de gens, avec un sol toujours plus humide, commence à porter de véritable risque pour le lieu, comme le montre le 30 janvier, le Matin.

« Le préau de l’école maternelle des filles de la rue de l’Amiral Roussin, où sont réfugiés cent sinistrés, ayant fléchi d’une manière très sensible, le local vient d’être évacué d’urgence. Les hospitalisés vont être dirigés sur le gymnase Saint Lambert. »

Personne n’est à l’abri nulle part lors de cette crue ! Où aller ?

Sources bibliographiques

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer