Le pont d’Iéna

Le pont d’Iéna, impérial avec ses aigles, qui fut élargi deux fois à l’occasion des expositions universelles.

 

Un pont napoléonien

C’est Napoléon lui même qui souhaita la construction de ce pont. Il voulait ainsi permettre de traverser la Seine dans le prolongement de l’Ecole militaire pour rejoindre la colline de Chaillot.

Lancé en 1808, il fut achevé en 1814… peu de temps avant l’occupation prussienne de Paris en 1815, sous le commandement d’un certain général Blücher… le vaincu d’Iéna. Toutefois, le pont fut sauvé grâce à son changement de nom, le pont de l’Ecole Militaire et la suppression des aigles impériaux. Il faut dire que Napoléon avait souhaité pour ce pont, lui donné le nom d’une de ses plus belles victoires, Iéna sur la Prusse.

 

Le pont est en pierre et est constitué de 5 arches avec 4 piles intermédiaires dans la Seine.

 

La célébration de la bataille d’Iéna

Nous sommes en octobre 1806, en pleine Allemagne, entre Weimar et Leipzig. Là, la Grande Armée se retrouve face à une grande coalition emmenée par la Prusse, avec la Russie, la Suède, le Royaume Uni et la Saxe. Cette nouvelle guerre avait été déclaré au début du mois, lorsque la France envahit la Prusse, après avoir reçu un ultimatum le 4. Frédéric Guillaume III de Prusse était très inquiet suite à la décision de Napoléon de remplacer le Saint Empire par la Confédération du Rhin d’une part et sa volonté de rendre aux britanniques Hanovre.

A 6 heures du matin, le 14 octobre, Napoléon lance ses troupes dans la bataille, surprenant les prussiens. Dans la journée, ils prennent l’avantage et font 14 000 prisonniers, capturent 200 canons. 

En parallèle, ce même jour, une autre victoire est obtenue à Auerstaedt à 20 kilomètres. Ces deux batailles combinées font perdre à la Prusse la quasi totalité de son artillerie.

 

Les statues du pont d’Iéna

Au début du Second Empire, on plaça de chaque côté du pont quatre statues de cavalier antiques

  • sur la rive droite : le Cavalier gaulois par Auguste Préault, et le Cavalier romain par Louis Joseph Daumas
  • sur la rive gauche : Le Cavalier arabe par Jean Charles Feuchère et le Cavalier grec par François Théodore Devaulx

 

 

L’élargissement d’un pont

Le pont fut réalisé à l’origine à 19 mètres de large. Toutefois, il se trouve au centre des sites des Expositions Universelles. Aussi, en 1900, il est décidé de lélargir à 24 mètres. On confie alors à l’entreprise Daydé et Pillé les travaux. Toutefois, cet élargissement fut considéré comme trop fragile et du être supprimé

Le souhait d’élargir de nouveau le pont revint pour l’Exposition internationale de 1937. Cette fois-ci, on doubla les piles avec de chaque côté, en amont et en aval, un rajout de piles en béton. C’est dans cette configuration que le pont d’Iéna est aujourd’hui.

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer