Rue Vieille du Temple – Assassinat de Louis d’Orléans en 1407

Le 23 novembre 1407, entre 8 et 9 heures du soir, le frère du roi est assassiné. Le Prévôt de Paris enquête…

 

Suivez l’enquête du Prévôt de Paris recueillant les dépositions de la femme du charpentier, du cordonnier, du sellier, d’une chapelière, de barbiers, du boulanger…

Courez dans les rues de Paris, à la suite des assassins.

Allez à la rencontre des porteurs d’eaux, des marchands pour retrouver la piste des meurtriers.

L’assassinat de Louis d’Orléans, frère de Charles VI le fou, marque le début de la guerre civile entre les Armagnac et les Bourguignons, dont Paris est au centre de tous les enjeux. En savoir plus.

 

Qui était Louis d’Orléans ?

Louis d’Orléans, second fils de Charles V naquit en 1371. Frère de Charles VI, il était régent du royaume de France lors des crises de folie du roi.

Il reçu en partage le duché de Touraine mais il l’échangea pour celui d’Orléans dont il pris le nom en 1391. Son domaine s’accrut du Valois, Beaumont, Dreux, Angoulême, Périgord, Asti en Italie, Vertus en Champagne, Blois, Porcéans, Luxembourg, Poitou, Coucy, La Fère, Soisson, Ham, Pinon, Moncornet , Origny, Laon, Pise… soit de très nombreux territoires obtenus par apanage, mariage, achat mais aussi héritage. En effet, le duc de Berry son oncle paternel lui avait légué son domaine.

 

Dans Paris, il disposait de nombreux biens : en premier lieu, l’hôtel d’Orléans dans la rue de la Poterie près de l’hôtel Saint Pol, puis l’hôtel des Tournelles qui deviendra plus tard résidence royale, rue Saint Antoine, une résidence rue de Nesle près de la porte Saint Honoré, une dans le bourg Saint Marcel rive gauche…

 

Pendant sa régence, il fut très proche du couvent des Célestins, installé tout près de l’hôtel Saint Pol dans le quartier qui deviendra plus tard l’Arsenal. C’est d’ailleurs dans ce lieu qu’il fut enseveli en 1407 après son meurtre.

 

Aux affaires, il menait grande vie et était un mécène important pour les artistes, architectes de son temps. Toutefois, ce train de vie impliquait également de nombreuses taxes qui le rendaient très impopulaires parmi les bourgeois parisiens notamment.  C’est d’ailleurs en reprenant ce trait de caractère que Jean le Petit justifia son meurtre en qualité de tyrannicide devant l’Université de Paris.

A la mort de Charles VIII, c’est un de ses descendants qui monta sur le trône Louis XII.

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

Les champs avec une * sont obligatoires
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer