Les saints patrons des confréries

Les saints patrons des confréries parisiennes reprenaient, ceux, classiques des métiers de toute la France.  

 

Deux grandes figures présentes dans les confréries parisiennes : Notre Dame et Saint Louis

Tout d’abord, la Vierge était vénérée dans de nombreuses confréries parisiennes : Brodeurs, épingliers, potiers, chaussetiers, selliers, mesureurs de grains, porteurs de grains… Sainte patronne du royaume, on la retrouvait sans surprise dans ces métiers variés

Ensuite, venait Saint Louis, honoré par les porteurs de grains, les pécheurs, les lapidaires, les merciers, les rubanniers, les aiguilliers, les couturières… Il s’agissait pour ces confréries de métiers aussi divers que pour Sainte Marie, de s’inscrire dans le sillon royal dont Saint Louis était l’éminent représentant. Cette situation montre bien l’importance de la royauté pour les corporations parisiennes dont elles tiraient de grandes richesses de sa présence. 

 

Les différents saints patrons des confréries

On observe une grande diversité des saints patrons des confréries parisiennes. En effet, dans la majorité des cas, les confréries reprenaient le saint patron du métier concerné : on peut citer ainsi Saint Eloi, patron des orfèvres et des ouvriers du fer en général. 

Dans certains cas, les confréries se mettaient sous la protection de Dieu directement : au travers de la Sainte Trinité (pour les plombiers, les couvreurs, les nattiers, les tailleurs d’habits), de l’Ascension du Christ (les maçons), le Saint Sacrement (les bouchers, les pelletiers)…

Les apôtres étaient bien évidemment représentés : Saint Pierre (poissonniers d’eau douce, vanniers), Saint Paul (vanniers, cordiers)…

 

Toutefois, les saints parisiens n’étaient très peu présents

Paris était marqué par la vénération de saints patrons importants historiques dont les fêtes et célébrations y marquaient la vie religieuse. On peut citer parmi eux Sainte Geneviève, Saint Denis, Saint Marcel, Saint Germain. 

Cependant il est frappait se remarquer qu’ils n’étaient que peu présents parmi les saints patrons des confréries parisiennes. On peut citer les archiers qui honoraient Saint Denis, les tapissiers avec Sainte Geneviève, et les cloutiers avec Saint Cloud.

 

Sources bibliographiques : 

  • Lespinasse, René de. Les métiers et corporations de la ville de Paris : XIVe-XVIIIe siècles 1886-1897
Les champs avec une * sont obligatoires
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer