Les batteurs d’or

Les batteurs d’or, des orfèvres spécialisés dans la production de feuilles d’or… toujours en grandes dettes

 

Les batteurs d’or produisaient des feuilles avec de l’or mais aussi de l’argent, du cuivre qu’ils vendaient aux doreurs. 

 

Pour pouvoir être travaillé par les batteurs et devenir très mince, le métal devait être le plus pur possible. Il était réduit dans un ruban mince, et était battu avec un marteau sur un bloc de marbre noir, le tout protégé dans un sac. 

Avec un lingot d’or on pouvait obtenir une feuille de 40 m².  Dans le guide des marchands de 1766, on réduisait l’once d’or dans 1 600 feuilles de 37 lignes carrées chacune, ce qui constituait un véritable livret. 

 

Bien que revendiquant faire partie des orfèvres, les batteurs d’or étaient jaloux également de leurs spécificités

Toutefois, le métier était difficile. Aussi, les statuts délivrés dans le Livre des Métiers d’Etienne Boileau sont restés en l’état jusqu’au XVIe siècle. 

En 1519, sous l’impulsion de Gabriel d’Allègre, on précisa quelques conditions de travail : 

  • Travail de 5 heures du matin à 8 heures du soir
  • 6 ans d’apprentissage, 
  • 1 seul apprenti par atelier, 
  • Dispense de chef d’oeuvre pour les fils de maître, 
  • Emploi d’or et d’argent fin, 
  • Deux jurés.

A cette date, la maîtrise était fixée à 500 livres.

 

Au cours de ce siècle également, on les plaça sous la juridiction de la Cour des Monnaies, comme tous les métiers travaillant les métaux précieux. 

En 1559, cette autorité protégea la corporation davantage en n’autorisant l’accès à la maîtrise qu’aux fils de maîtres déjà établi.

 

Toutefois, la profession restait bien pauvre, criblée de dette tout au long des siècles. En 1691, on ne dénombrait qu’une vingtaine de maîtres. 

 

Enfin, on fusionna la corporation avec les orfèvres en 1776. 

 

Sources bibliographiques

Fields marked with a * are required

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer