Le canal de l’Ourcq

Le canal de l’Ourcq alimente en eau les canaux parisiens à partir des rivières de l’Ourcq et de la Beuvronne.

 

Afin d’alimenter Paris, d’abord en eau potable et ensuite, en eau navigable, il fut envisagé dès le XVIIIe siècle d’apporter de dévier l’Ourcq vers la capitale.

Un projet imaginé sous l’ancien régime

Pierre Paul Riquet proposa le premier d’apporter de l’eau de l’Ourcq vers Paris, sous le règne de Louis XIV. Il proposa ainsi la construction d’un canal allant vers la place du Trône, actuelle place de la Nation. Toutefois, son projet ne fut pas retenu.

A la fin du XVIIIe siècle, Jean Pierre Brullé reprend son idée, en proposant d’abord une dérivation de la Beuvronne. Ce projet fut ensuite repris par Charles Bossut.

 

Le projet lancé sous Napoléon pour apporter tout d’abord l’eau de la Beuvronne pour l’alimentation en eau potable

En 1802 Napoléon promulgue un décret destiné à la construction du réseau des canaux parisiens, avec le canal de l’Ourcq, ainsi que ceux Saint Martin et Saint Denis.

Les premiers travaux sont financés par l’octroi et vise à la construction du Bassin de la Villette.

Pierre Simon Girard est chargé des premiers travaux. Les travaux démarrent en 1804 et permettent une mise en eau dès 1808.  Dans la mesure où on souhaite tout d’abord de l’eau potable, il est choisi un format de canal avec une certaine pente, destiné à éviter des eaux stagnantes.

Le lien avec l’Ourcq réalisé sous la Restauration afin de garantir la navigabilité

Les eaux de la Beuvronne sont suffisantes pour alimenter les fontaines du nord de Paris. Toutefois, elles ne permettent pas de garantir la navigabilité. Aussi, la construction du canal se poursuit jusqu’à Mareuil sur Ourcq.

Ce nouveau canal est inauguré en 1822.

Enfin, afin de garantir l’étiage permanent, l’usine élévatoire de Trilbardou fut construite en 1866. Ainsi, il était possible de prélever de l’eau de la Marne lors des périodes de sécheresse.

L’élargissement du canal pour soutenir le développement de l’activité commerciale

Afin d’accompagner le développement du port du Bassin de la Villette, le canal fut élargi à plusieurs reprises : Fin du XIXe siècle, 1925 à 1934.

On rajouta un bassin d’alimentation à partir de la Marne avec la jonction de Beauval, à proximité de Meaux.

Sources bibliographiques

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer