Edgar Degas chez les modistes

Edgar Degas chez les modistes : à l’affût d’expressions et émotions de femmes se préparant à sortir en ville.

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les modistes constituaient une petite classe de la coquetterie parisienne. De fait, elles logeaient dans les quartiers chics de Paris, dans les rues avec beaucoup de passage.

 

L’ambiance chez les modistes

Les modistes tenaient des petites boutiques, installées par exemple dans un entresol coquet. Là, elles avaient nombre de sièges et un décor à la mode. Sur les murs, on trouvait souvent des peintures, mais aussi des portraits de clientes célèbres. Partout, des glaces et des miroirs pour se remaquiller, se coiffer.

 

Les clientes venaient chez les modistes en cinq et sept heures. Elles étaient, selon les dires de Gustave Coquiot, à « apaiser » en leur proposant une multitude de tenues. En effet, c’était alors le coup de feu avec les nombreux essayages, mais aussi les craintes, les cris, les jalousies des clientes. Toutes étaient obnubilées par trouver la meilleure tenue pour la sortie ensuite.

 

Les dessins et pastels chez les modistes de Degas

C’est dans cette ambiance qu’Edgar Degas se rendait.

Dans ce lieu, le peintre trouva un grand nombre de mimiques, de gestes, d’expressions. C’était l’occasion de mettre en avant cette ambiance avec ces ensembles de couleurs et d’aspects.

Le peintre s’intéressait beaucoup aux essayages de chapeau, apportant des formes et des expressions variées.

 

Sources bibliographiques :

%d bloggers like this:

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer