Le drainage des grands boulevards

Le drainage des grands boulevards : travaux d’assainissement qui étaient une belle énigme pour les passants .

Sous le Second Empire, Paris est traversé par des grands travaux. Bien sûr, nous sommes nombreux à penser à la réalisation des grands axes, impliquant la disparition d’un Paris plus ancien.

Dans la transformation de la ville, en outre, le rajout de nombreux parcs et jardins, on procéda à de nombreux travaux d’assainissement de la ville.

Nous évoquons ici, l’un deux, les découvrant sous la plume d’Edouard Fournier dans ses Enigmes des rues de Paris.

Description des travaux

En 1859, on lance le drainage des boulevards.  

Aussi, on retira des arbres qui avaient plantés peu de temps précédemment, pour installer dans le sol des tuyaux de terre cuite.

En passant, des curieux se demandèrent quel était l’objectif de ces travaux. Les ouvriers leur répondirent qu’il s’agissait de drainage.

En effet, à l’aide de nombreux tubes, on voulait alors canaliser la circulation des eaux souterraines.

Ce système permettait de faire écouler l’eau qui saturait les sols mais aussi permettait d’arroser les racines des arbres. Enfin d’autres, puisque les précédents avaient été sacrifiés par les travaux.

L’ignorance des parisiens pour cette pratique agricole

Dans ses Enigmes des rues de Paris, Fournier s’amuse de la découverte par les parisiens de ce système. Bien sûr, poser des drains était très courant à la campagne.

En effet, dans de nombreux champs, l’eau stagnante apportée par de grosses pluies pouvait rejoindre vite les rivières. De fait, les cultures souffraient moins de la trop forte humidité, signifiant alors de nombreuses maladies.

Les passants qui demandaient ce que l’on faisait, se satisfaisaient de la réponse des ouvriers : « du drainage ». Selon Fournier, ils n’osaient demander d’autres précisions, pour ne pas paraître pour des ignares. Cela ne les empêchait pas, quelques mètres plus loin, de reprendre cette réponse, sur un ton assuré, lorsqu’un autre passant s’interrogeait sur les travaux.

Mais bien que dédiant un chapitre au drainage, Fournier n’en savait pas beaucoup plus lui-même comme il l’écrit.

La recherche dans les dictionnaires

Pour mieux comprendre ce qui se faisait, ici, Edouard Fournier chercha lui-même ce qu’était le drainage dans un dictionnaire.

Cependant, il eut de grandes peines pour bien comprendre. Il reprochait aux dictionnaires de ne pas enregistrer les nouveaux mots, « sous prétexte que ce sont des néologismes ». Grâce à un dictionnaire anglais, il comprit que le mot drainage était en fait dériver d’un mot anglais, -to drain-, signifiant sécher.

Sources bibliographiques

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer