Les filandiers

Les filandiers, petite profession parisienne, mais produisant en ville, avant sa fusion avec les teinturiers.

 

Paris n’a jamais été réellement ville de production textile. Elle pratiquait principalement dans ce domaine la commercialisation de toiles et vêtements. Aussi, la production de fil n’était que peu active.

Toutefois, elle comportait tout de même une petite profession dans ce domaine : les filandiers, chargés de la production de fils.

 

Les filandiers aux XIIIe et XIVe siècles : une toute petite profession organisée

Au XIVe siècle, elle était organisée sur la base des statuts de 1320 accordés par le prévôt Giles Haquin. La maîtrise était accessible après 4 ans d’apprentissage, de l’acquittement d’un droit de 10 livres et était principalement réservé aux enfants de maîtres précédents. Toutefois, peu de monde était concerné : on compte dans la taille de Paris seulement 5 filandiers 30 ans avant ces statuts.

Bien évidemment, la corporation était contrôlée par des jurés. Ils étaient alors 2, veillant à l’absence de mélange de fils de lin et de chanvre, s’assurant que la pelote était de qualité homogène et d’un poids conforme à l’étalon fourni par le représentant du Châtelet. Chaque fil devait être vérifiée avant sa vente et sa teinture.

 

Les filandiers aux XVe siècle : la disparition pour une renaissance en fin de siècle

Cette profession disparait au XVe siècle jusqu’au 27 mars 1493 lorsque des ouvriers sous le nom de retordeurs de fil et de laine bénéficient de nouveaux statuts.  On retrouve alors les conditions énoncée précédemment. On précisait alors le chef d’œuvre en laine et en lin, le chanvre ayant disparu des textes.

 

Du XVIe au XVIIIe siècle : la survie d’une profession, avant sa fusion avec les teinturiers.

En 1581 les filandiers sont alors classés parmi les retordeurs de laine, fil et soie. Les statuts n’apparaissent plus alors

En 1645, on autorise les lingères et les teinturiers de vendre des fils blancs : les autorités actent alors la fusion des anciens filandiers avec cette autre profession.  

 

Sources bibliographiques :

Fields marked with a * are required

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer