Les incendies au XVIIIe siècle

Les incendies au XVIIIe siècle, une préoccupation majeure mais en baisse grâce à un nouveau système de lutte.

 

Les grands incendies du XVIIIe siècle

Au cours du XVIIIe siècle, Paris compta plusieurs incendies : la Chambre des comptes en 1737, l’Hôtel Dieu en 1737 et en 1772, le pont au change en 1746, la foire Saint Germain en 1762, l’Opéra en 1763, la foire Saint Ovide en 1776 et le Palais la même année…

L’incendie du pont au change resta terrible dans les mémoires. En effet, au moins 7 filles ouvrières périrent enfermées dans leur maison. En effet, leur maîtresse sous le prétexte de garantir leur chasteté avait laissé la porte fermée à clef. Aux fenêtres, des barreaux empêchaient de sauter dans l’eau. Aussi, les spectateurs ne purent qu’assister à leur terrible mort en entendant leurs cris.

 

Le nouveau système de lutte contre les incendies

Au XVIIIe siècle, un service de pompe fut installé en ville pour garantir une protection de Paris réactive.

Il remplaça l’ancienne approche qui consistait à assujettir d’une amende le particulier chez qui le feu se déclarait. Ainsi, afin de l’éviter, le particulier se mettait en tête de tenter de l’éteindre et quelque fois, la situation le dépassait.

Avec le nouveau système, chacun pouvait appeler le service de pompe sans prendre le risque d’une amende.

Ce service reposait alors sur la garde française, qui intervenait à la moindre alerte.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer