Les regards de Belleville

Les regards de Belleville étaient sommaires et rustiques, privilégiant en effet la maçonnerie et les pierres.

 

Belleville fut longtemps utilisée comme source d’appoint pour l’approvisionnement en eau de Paris. Repérée par les romains, elle fut exploitée par les congrégations religieuses, d’abord Saint Martin des Champs et le Temple et ensuite Saint Antoine des Champs.

Ensuite, lors de l’agrandissement de Paris au tournant des XIIe et XIIIe siècle, les eaux de Belleville alimentèrent le quartier situé à l’est de la rue Saint Denis. A cette occasion on construisit le grand aqueduc de Belleville.

Pour récupérer l’eau de Belleville, on utilisait la structure des couches de la colline. En effet, une première couche de sable laissait infiltrer l’eau, qui ensuite rencontrait une pierre imperméable. Là, avec des pierrées et des galeries souterraines, on la récupérait.

Aussi, pour contrôler les installations, des regards furent édifiées à différents endroits de la colline.

 

Retour sur quelques regards emblématiques

Tout d’abord, non loin de la place des Fêtes, le regard de la Lanterne. Ici étaient captées les eaux destinées au grand aqueduc de Belleville pour la ville de Paris.

Il se trouve dans un petit jardin qui permet d’admirer sa forme arrondie, son toit en coupole et son lanternon.

Ensuite, en descendant la rue des cascades, le visiteur découvre au détour le regard de Saint Martin. Celui contrôlait la source pour le réseau construit par l’abbaye Saint Martin des Champs.

Il existe encore le regard des Messiers et celui de la Roquette, entre les rues de la Cascade et de la mare.

 

Les regards disparus

Par le passé, la colline de Belleville comptait une quarantaine de regards. Ils étaient situés en haut du tracé mais aussi tout le long du passage des galeries.

Ce système fut utilisé tout au long du Moyen Age et ensuite. Il fut abandonné progressivement entre les XVIIIe et XIXe siècle, lorsque d’autres moyens d’approvisionnement furent préférés.

A cette époque, une grande partie de regard fut détruit.

En savoir plus sur les regards disparus de Belleville

 

Les regards souterrains

Dans la plupart des cas, les eaux furent reroutées vers les égouts à proximité des regards en haut du captage.
Toutefois, certaines installations souterraines existent encore. Aussi, pour les contrôler, on maintient un accès, souvent dans des cours d’immeubles.

En savoir plus sur les regards souterrains de Belleville

 

Une architecture simple et rustique

Ces regards souvent anciens étaient souvent organisés avec un tout petit bâti maçonné et un toit en pierre. De forme rectangulaire, ils étaient très sombre.

En savoir plus sur l’architecture des regards de Belleville

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer