Les mascarons des ponts

Les mascarons des ponts décorent de nombreux ponts et ont à chaque fois des significations différentes : protection, commerce, force militaire…

 

Sur le Pont Neuf, 800 yeux vous observent

Tout au long du Pont Neuf, près de 380 mascarons observent la Seine. Ils représentent des satyres, figures mythologiques associés à Dionysos.
D’une grande variété, ces figures sont présentes dans le théâtre antique et la reprise au niveau des masques.

Tirant la langue, faisant la grimace, ils présentent une grande diversité. Pendant longtemps, la tradition était de placer dans un emplacement où une force s’exerce ces masques qui devaient avoir un regard fort.

 

Sur le pont Notre Dame, des mascarons au niveau des arches en pierre

Seulement une partie du Pont Notre Dame fut refait dans la seconde moitié du XIXe siècle pour détruire la fameuse arche au diable, qui fit couler tant de bateaux.

On conserva toutefois les arches à proximité de la rive. Aussi, on peut toujours admirer les mascarons qui les décoraient :

  • Un vieil homme à la chevelure fleurie
  • Les têtes de béliers au niveau des piles

 

Les mascarons du pont Alexandre III

A la manière d’une frise, des mascarons s’alterne sur le tablier du pont Alexandre III, à proximité des rives.

Aussi, plusieurs répliques d’un vieil homme à la barbe généreuse et aux traits sévères alternent avec celles d’une jeune femme au regard protecteur.

 

Les têtes de Méduse, planquées dans les boucliers

Les boucliers antiques étaient souvent ornés de tête de Méduse, dont on disait que le regard pétrifiait. Aussi, pas de surprise de la retrouver avec sa chevelure de serpent et son regard noir au milieu des piles des ponts des Invalides et d’Austerlitz.

Ces deux ouvrages sont dédiés à des victoires.

 

Les animaux et les masques, pour valoriser le commerce et l’activité économique

Sous la culée de la passerelle Debilly, vous pouvez admirer des petits crabes qui ornent les lieux.

Sur le viaduc d’Austerlitz, ce sont des bœufs qui s’affichent, rappelant ainsi le commerce des marchés de Paris. On retrouve d’ailleurs légèrement en dessous la figure de Mercure avec son casque ailé, dieu du commerce.

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer