Les voitures d’Armand Peugeot

Armand Peugeot, constructeur d’automobiles, trouvait à Paris nombreux composants pour fabriquer ses véhicules

 

Installée dans le Doubs, la Famille Peugeot avait développé une véritable entreprise industrielle. Fondée en 1810, elle produisait dans ses ateliers Valentigney de nombreuses machines, dont ses fameux moulins à poivre. Sous la dénomination de la Société des Fils de Peugeot frères, elle fabriquait également des scies et des outils.

 

Peugeot et Serpollet

En 1885, Armand Peugeot reprend l’atelier. Avant de revenir dans l’entreprise familiale, il s’était rendu en Angleterre, où il avait pu voir de près les usines de Leeds.

Dés cette date, il souhaite orienter une partie de la production vers la fabrication de cycles.

Aussi, il se rapprocha vite de Léon Serpollet, connu à Paris pour la fabrication de ses premières voitures.

Avec lui, en 1886, il produisit un premier véhicule hybride, à cheval entre le tricycle et la voiture.

Cependant, Armand Peugeot n’était pas convaincu par la motorisation à vapeur, alors utilisée.

 

Peugeot et Levassor

En outre, la Société des Fils Peugeot Frères travaillait déjà avec la maison Panhard et Levassor, installée dans le XIIIe arrondissement.

Au cours d’un échange avec Armand Peugeot en 1888, Levassor lui indiqua qu’il fabriquait des moteurs à pétrole Daimler. On organisa une rencontre à Valentigney avec Gottlieb Daimler, lui permettant d’utiliser de tels moteurs pour ses voitures.

A noter le choix cornélien qui se posa sur la position à donner au moteur : devant ou derrière. Sur les conseils de Levassor, Peugeot le plaça à l’arrière. En effet, on voulut protéger les passagers des odeurs des dégagements de gaz.

 

Peugeot et Paris

Bien sûr, la Famille Peugeot avait ses racines et ses ateliers dans l’est de la France. Toutefois, elle trouva pour le lancement de son activité automobile, de nombreux liens à Paris. C’était là, qu’Armand Peugeot pouvait croiser Serpollet et Levassor. En effet, Serpollet était installé rue des Cloys dans le nord de Paris. De leur côté, Panhard et Levassor étaient à proximité de la porte d’Italie.

Enfin, à Paris également, Peugeot put à partir du début du XXe siècle travailler avec les suspensions de Jules Truffault.

 

Pour ces raisons, Armand Peugeot installa le siège social de son entreprise dédiée à l’Automobile dans le quartier des Ternes. Ainsi, à partir de 1896, la Société anonyme des Automobiles Peugeot était installée au 83, boulevard Gouvion Saint Cyr. Elle déménagea entre 1900 et 1910, au 75 de l’avenue de la Grande Armée.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer