Les ponts du Moyen Age

Les ponts du Moyen Age se concentraient encore uniquement sur l’île de la Cité où la Seine était très étroite

 

La poursuite de l’entretien des ponts existants

En 1185, à l’instigation de l’évêque Maurice de Sully, le petit pont est détruit et doit être reconstruit. Il en résultat un pont qui fut conservé jusqu’à la crue de 1406. Charles VI fit alors reconstruire un pont en 1406. Toutefois, il fut à nouveau emporté en 1408 et on le reconstruisit en pierre.

De son côté, le pont au change fut construit à la place du grand pont, qui donnait sur le Châtelet, en 1296. Il subsistera plus longtemps, jusqu’en 1621.

Enfin, le pont Notre Dame fut construit en 1408 pour remplacer les planches de Milbray qui avaient été emportées par la crue de 1406

 

La consolidation d’un second axe

Autant depuis le IXe siècle Paris comptait deux ponts sur le grand bras de la Seine, autant il en avait toujours qu’un seul sur l’autre bras à la moitié du XIVe siècle. Aussi, en 1387, un second pont fut édifié entre l’île de la Cité et la rive gauche, dans le prolongement de l’axe du pont au change et du Palais. Il fut appelé pont Saint Michel, en dédicace de la chapelle royale située à proximité.

Pour le construire, il fallut obtenir l’aval de toutes les autorités de la ville. En effet, il nécessita une décision du Parlement de Paris après l’accord du chapitre de Notre Dame de Paris et du Châtelet, siège de la prévôté.

 

Le pont aux meuniers

A proximité du pont au change, un pont en bois fut construit en 1296. Appelé pont aux meuniers, en raison des moulins qu’il hébergeait, il était destiné uniquement aux riverains. Il fallut en effet attendre le XVIe siècle pour que le passage soit ouvert.

On y compta jusqu’à 13 moulins flottants qui utilisaient la force du courant pour moudre le grain. Ils étaient placés sous le pont, profitant de l’accélération des eaux au niveau des piles.

La veille de Noël 1596, le pont s’effondra, faisant 150 morts.

 

Des ponts avec des maisons

Au Moyen Age, Paris s’était organisé à l’intérieur de murs d’enceinte. Toutefois, la pression foncière était très forte.

Aussi, les ponts avaient alors tous des maisons et des enseignes. Sur le petit pont, on trouvait beaucoup d’apothicaires, profitant de la proximité avec l’Hôtel Dieu. Sur le pont au change, les changeurs avaient établit leurs étaux et servaient d’intermédiaires financiers pour l’activité marchande fluviale.

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer