Saint Eustache

Saint Eustache,l’église des Halles, entre Moyen Age et Renaissance, et repère de la vie marchande dans le Marais

Saint Eustache
Saint Eustache, façade Sud, prise 2014 du jardin des Halles

A l’origine une chapelle dédiée à Sainte Agnès

Dans le haut moyen âge, le quartier des halles était situé en dehors des murs de Paris. Toutefois, dans ce quartier dés les débuts de la ville marchand, une chapelle est présente dés le XIIe siècle. Elle prendra le nom de Saint Eustache et sera érigée en paroisse suite au transfert de reliques de ce saint, conservées préalablement à Saint Denis.

 

Une église construite sur près de 100 ans entre 1532 et 1640

Dans ce quartier, on décide de construire une grande église mêlant le style gothique dans sa structure et les nouveautés italiennes de la Renaissance.

Ainsi le premier portail au sud est établi avec des coquillages. Par ailleurs, l’architecture de cette église mêle des colonnes des différents styles grecs : dorique, ionique, corinthienne.

Toutefois, en raison  des problèmes de financement et des guerres de religion, l’église ne sera achevée qu’en 1640.

 

Près de 50 ans après l’achèvement de l’église, sa façade est revue Plusieurs projets se succèdent : Androuet du Cerceau, Louis Le Vau. Finalement c’est Jules Hardouin Mansart qui dirigera les travaux, aboutissant à une façade inachevée avec une seule tour.

 

Paroisse royale, elle accueillit de nombreux personnages célèbres. Colbert s’y fit inhumer.

Anecdotes autour de Saint Eustache.

Des prises de positions lors des guerres de religion

Dés le règne de François 1er, le curé de Saint Eustache, prédicateur devant le roi, commença à intégrer quelques éléments de la nouvelle doctrine dans ses prêches. Si bien que le roi eut besoin de faire confirmer par les cardinaux la justesse de ce qu’il devait croire.

René Benoist, curé de  Saint Eustache, pendant la Ligue sous Henri IV, avait été formé dans l’école de théologie la Société royale de Navarre. Confesseur de la reine Marie Stuart et l’ayant suivi en Ecosse après la mort de François II, ll revint à Paris. D’abord favorable à la Ligue, il prononça une oraison funèbre pour les Guises assassinés à Blois. Toutefois devant l’arrivée du roi devant Paris, il s’éleva avec force contre ceux qui refusait de le recevoir. Suite à cette prise de position, il se rendit à Saint Denis pour voir Henri IV embrassa la religion catholique. Il resta dans les souvenirs comme le « pape des halles ».

Les « Marlins », curés de « père en fils »

A la mort du successeur de René Benoist, M. Tonnelier, une émeute bouleversa les Halles. En effet, les paroissiens refusèrent d’accueillir le curé nommé par l’archevêque de Paris. En effet, ils préféraient le neveu qu’ils avaient installés dans la chaire. Après que les soldats aient été mis en fuite, des représentants des Dames des Halles se présentèrent devant la reine en affirmant que le vieux curé avait désigné son neveu comme successeur et que les Marlins étaient curés de Saint Eustache de « père en fils ».

 Sous la révolution, la fête de la Raison fut célébrée

Un paysage avait été représenté dans le chœur. On pouvait y voir des chaumières et des rochers, ainsi que des grottes. Tout autour étaient disposés des tables surchargées de victuailles et de bouteilles. Aussi,  toute personne entrant dans l’église pouvait prendre part au festin.

 

Sources bibliographiques :

 

Fields marked with a * are required

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer