Vue de la statue d’Henri IV par Israël Silvestre

Vue de la statue d’Henri IV par Israël Silvestre : quand le roi surplombe son œuvre au bout de l’île de la Cité

 

Avec cette vue de la statue d’Henri IV et de l’île du Palais, Israël Silvestre nous montre le Paris monumental qui se façonne dans ce XVIIe siècle. Certes au temps de ce dessinateurs officiel du roi Soleil, ces constructions ont déjà quelques années. Mais, c’est aussi l’occasion de montrer comment la pointe de l’île de la Cité a évolué à la suite des travaux de construction du pont Neuf.

 

Une statue et une place royale

Henri IV marqua de son empreinte Paris, cette ville qu’il avait eu tant de mal à obtenir aux premiers temps de son règne. Ce que la capitale conserve de ce roi tout d’abord, ce sont ses places royales. Bien sûr, la place des Vosges est la plus importantes d’entre elles. Cependant, au bout de l’île de la Cité, la place Dauphine avait aussi sa place particulière.

L’architecture envisagée pour cette place monumentale se voyait dans la place, mais aussi du côté des quais. Seuls quelques immeubles conservent de nos jours les traces de cet ensemble homogène que nous dessine Israël Silvestre.

Face à l’ouverture de la place, mais aussi entre les deux parties du pont Neuf, le premier des rois Bourbons domine l’ensemble. On le voit, vainqueur sur son cheval, surplombant les esclaves enchainés à son piédestal.

 

La composition du dessin

Comme dans un grand nombre de ses compositions, Silvestre insiste sur la perspective. L’architecture de la place Dauphine, ainsi que les bords du quai lui donnent une belle ligne de fuite. On peut tout de même apercevoir au fond les toits de la rive droite.

Cette représentation en perspective, permet d’insister sur la taille au pied de la statue d’Henri IV qui semble si grande. Le roi domine véritablement l’ensemble, avec sa place si prépondérante dans la composition.

Les travaux d’aménagement de la pointe de la Cité, apportait une véritable ouverture pour la promenade. Pour la première fois, on pouvait traverser la Seine, sans avoir la vue gênée par des édifices de part et d’autre.

 

Les personnages du premier plan

Ces derniers profitent ainsi de l’espace ouvert. C’est un lieu de véritable rencontre. On se précipitait aussi sur le pont Neuf et au pied de la statue du roi pour récupérer sous le manteau les derniers pamphlets à la mode, mais cachés aux autorités. C’était le véritable lieu de diffusion des livres dans la population.

En tout état de cause, les personnages représentés sur la gravure semblent être de bonne condition, avec leurs beaux chapeaux, marchant en groupe.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer