Vue de la statue d’Henri IV par Israël Silvestre

Vue de la statue d’Henri IV par Israël Silvestre : vision du Paris monumental hérité du premier roi Bourbon !

 

La statue d’Henri IV et l’île du Palais, voici le nom complet de cette estampe d’Israël Silvestre, réalisée au milieu du XVIIe siècle. Nous sommes donc ici sur la pointe aval de l’île de la Cité, entre les deux parties du pont Neuf. La statue du roi se dresse fièrement, regardant vers la belle place Dauphine.

 

La composition de l’œuvre

Ce dessin réalise la part belle à deux aspects essentiels de cette pointe de l’île de la Cité : l’architecture de style Louis III réalisée pour l’édification de la place Dauphine et la statue d’Henri IV. Frappant de voir l’enfilade des bâtiments partant dans la ligne de perspective, doublant celle formée par le quai, même si la ligne du pont Neuf vers la gauche se place en rupture.

De ce fait, on se retrouve davantage en profondeur qu’on peut véritablement observer lorsqu’on se rend sur le site. C’est finalement, une mise en valeur de cette architecture de la première moitié du XVIIe siècle, sur laquelle nous reviendrons.

Nous avons, ici, une vue du Paris monumental qui se construit alors !

 

La statue d’Henri IV

Après la mort du roi, on avait placé une grande statue du premier roi Bourbon sur la pointe de l’île de la Cité. Il était en effet revenu à ce prince de superviser la fin des travaux entrepris par Henri III. Il s’agissait de réaliser un pont sur le bout de l’île de la Cité, tout en l’aménageant cette partie de la ville. Ainsi, l’ancien jardin du Palais avait été revu, tout en regroupant avec la Cité les îles aux juifs et de la Gourdaine.

La grande statue est grandiose sur son piédestal. Henri IV y chevauche son cheval, en position de commandeur. Le caractère guerrier n’est pas à prendre à la légère. En effet, on avait installé aux quatre coins du piédestal des statues de prisonniers (visibles encore de nos jours au Musée du Louvre). Attention, la statue d’Henri IV fut détruite à la Révolution et celle présente aujourd’hui à cet emplacement est un peu différente.

 

L’architecture de la place Dauphine

Tout comme pour la place des Vosges, Henri IV fait édifier une place royale : la place Dauphine. Le principe est le même : l’architecte du roi détermine une organisation de façade bien déterminée que les constructeurs doivent suivre pour les nouveaux immeubles. Ainsi, on installe une ambiance bien spécifique. Alors que pour la place des Vosges, l’unité fait partie du charme des lieux, ici, l’architecture s’est un peu perdue avec le temps. Elle ne subsiste en partie que sur la pointe de la rue.

L’enfilade sur le côté du quai au nord semble bien grande, laissant penser qu’elle dépasse le contour actuel du Palais de justice.

 

Les personnages

Quelle foule circulait en ces lieux !

En effet, dès l’ouverture du pont Neuf, les passants furent nombreux. Avec son absence de maison, il offrait une promenade sympathique sur la Seine. C’était sur ce plan une exception.

En outre, il facilitait le passage entre les deux rives de la Seine. Enfin, c’était le lieu où on pouvait croiser du monde, tout en s’informant des nouvelles de la ville… pas toujours officielles. En effet, on pouvait y trouver toutes sortes de publications, même les pamphlets se cachant à la censure officielle.

 

Sources bibliographiques :

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer