La bibliothèque de la Sorbonne au XVIIe siècle

La bibliothèque de la Sorbonne au XVIIe siècle s’enrichit très fortement par le rapt des livres de Richelieu.

 

Déjà très riche depuis le Moyen Age, la bibliothèque de la Sorbonne s’enrichit fortement au XVIIe siècle. Elle obtint les ouvrages de la collection du cardinal de Richelieu. Une histoire que raconte Alfred Franklin, historien de la Sorbonne en 1875.

 

La récupération de la bibliothèque de Richelieu

Au cours de ses années de puissance et de pouvoir, Richelieu accumula une grande quantité de livres de grande valeur. Il souhaitait les conserver près de lui et se faisait construire une magnifique bibliothèque dans son palais Cardinal. Il avait construit son fond à partir de la confiscation de la bibliothèque de la ville de la Rochelle.

Dans son testament, il indique son souhait de faire accéder au public sa belle collection. Pour cela, il mandate son neveu Armand de Vignerot de procéder à un inventaire, sous la surveillance de deux docteurs de la Sorbonne. Ceux-ci auraient la charge de conserver un exemplaire de ce catalogue, en leur offrant la possibilité de l’actualiser. A noter que tout achat de nouveaux livres devait se faire suite à un avis donné par ces savants.

Afin de conserver ce dépôt, il devait nommer un bibliothécaire. Toutefois, il mourut avant la réalisation de sa bibliothèque. Aucun bibliothécaire ne fut alors nommé. Il revenait donc à la Sorbonne de proposer à Armand de Vignerot trois candidats.

 

Cependant la mise en œuvre du testament ne se passa pas comme prévu. La duchesse d’Aiguillon, exécutrice testamentaire s’inquiéta des manœuvres de la Sorbonne. Elle charge à d’autres savants la réalisation du catalogue.

En réaction, le collège de la Sorbonne s’émut du fait que ses droits ne furent pas respectés.  Il réussit même à récupérer la collection qui fut totalement apporté dans ses murs.

 

L’agrandissement de la bibliothèque

Bien sûr, une telle arrivée n’avait pas été prévue lors de la reconstruction de la bibliothèque. Aussi, on se chargea rapidement de son agrandissement.

Les travaux démarrèrent en 1662. A cette occasion, une nouvelle administration pour la gestion des lieux fut mise en place : quatre docteurs chargés de rédiger le catalogue de la collection, possibilité de confier à deux étudiants en théologie la surveillance des lieux. On décida également de vendre les livres en doubles ou inutiles.

Le choix du bibliothécaire devenait également un grand enjeu. Pour cela, il fallait que le titulaire s’installe dans les murs du collège. Cette particularité ne fut pas du gout du premier bibliothécaire élu en 1661.

Par ailleurs, les clefs de la bibliothèque furent changées à cette occasion. On en donna un jeu à tous les sociétaires.

 

En 1671, un bâtiment du collège de la Sorbonne prit feu. On craignit un temps pour la bibliothèque

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer