Les fêtes révolutionnaires au Champ de Mars

Les fêtes révolutionnaires au Champ de Mars, autour de l’Autel de Patrie élevé en 1790, élevé sur une butte.

 

La fête de la Fédération, le 14 juillet 1790

En 1790, des délégués de toute la France se rendirent sur le Champ de Mars pour fêter la Fédération, en présence du roi.

Pour cet évènement, on fit intervenir nombre de terrassiers pour creuser et aplanir le Champ de Mars. 12 000 ouvriers vinrent niveler les bosses. Pour les aider, se joignirent à eux des artistes, collégiens, paysans… On souhaita élever rapidement un petit monticule pour y installer un autel. En 20 jours de travaux le Champ de Mars fut transformé.

A son entrée du côté de la Seine, un arc de triomphe accueillait également les délégués.

Il faut dire en effet que 200 000 spectateurs s’assemblèrent sur les lieux ce 14 juillet.

 

En savoir plus sur la fête de la Fédération

La fête de l’acceptation de l’acte constitutionnel le 20 septembre 1791

En ce jour, Bailly monta à l’autel de la Patrie, accompagné par des hérauts d’armes et des grenadiers. Il y apporta alors le code constitutionnel. Cette cérémonie se déroula au son de Samson de Voltaire, mis en musique par Gossec.

 

Ensuite, le 15 avril 1792, on fêta les 40 Suisses de Château Vieux, condamnés aux galères pour la révolte de l’armée de Nancy et qui avaient été amnistiés.

Le 10 août 1793, on fêta l’acceptation de la Constitution républicaine.

La fête de l’Etre suprême, le 8 juin 1794

Voulue par Robespierre, après une première cérémonie aux Tuileries, on vint sur le Champ de Mars.  Une fois encore la foule vint ce jour en procession. Pour l’occasion, l’autel de Patrie avait été remplacé par une montagne surmonté d’un arbre.

Après des chants, des adolescents tirèrent enfin leurs épées et jurèrent de servir la patrie. De leurs côtés, des femmes levèrent leurs enfants vers le ciel.

 

En savoir plus sur la fête de l’Etre suprême

Les distributions de récompenses militaires du début du XIXe siècle

Napoléon vint aussi au Champ de Mars. Aussi, le 10 novembre 1804, des aigles furent distribués à l’armée.

En réaction, lors de la Restauration, Louis XVIII fit sa distribution des Lys à la garde nationale le 7 septembre 1814.

 

Sources bibliographiques :

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer