La mansarde de Louvois aux Invalides

La mansarde de Louvois aux Invalides : quand le ministre de la Guerre chercha à tout prix à afficher sa trace

Voulu par Louis XIV, l’Hôtel national des Invalides peut être considéré comme une œuvre également de son ministre de la Guerre, François Michel le Tellier, marquis de Louvois.

Tentatives éconduites d’un ministre à laisser sa trace

Aussi, comme le rapporte Edouard Fournier dans ses Enigmes des rues de Paris, Louvois fit d’abord apposer ses armes, près de celles du roi sur le prestigieux monument.

Toutefois, l’audace ne fut pas du goût de Louis XIV qui les fit effacer. Seul l’écusson de France devait s’afficher sur ce grand monument à sa gloire et celle de son armée !

Alors bien sûr, Louvois dût accepter, mais ne perdu pas totalement l’idée de se montrer de nouveau sur l’édifice.

Dans une disposition secrète de son testament, Louvois demanda à être enterré aux Invalides.  Cependant, Louis XIV le sut de nouveau. Il refusa cet honneur. Mais cette fois encore, Louvois avait anticipé ce mouvement.

Un loup sur une mansarde

Pour cela, il laissa une trace beaucoup plus légère. On peut la voir dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides.

Aussi, lorsque le passant regarde dans la direction de l’église, au niveau des mansardes sur la façade du côté gauche, vers le boulevard des Invalides, il peut trouver une petite surprise. En effet, sur la cinquième des mansardes, une ornementation particulière se détache.  On y voit là, un loup sculpté, avec ses pattes s’abattant sur l’ouverture de la fenêtre en œil de bœuf.

La tête de l’animal est un peu caché par les palmes et les yeux surveillent attentivement le sol.

Ce loup qui regarde peut être interprété comme un véritable rebut : le loup voit…. Louvois. Bien sûr, cet animal est l’emblème du ministre qui voulait tant laisser une trace

Les autres mises en avant de Louvois à proximité

En outre, pour retirer tout doute, sur la mansarde à proximité à droite, on peut observer un baril de poudre explosant. Voici de nouveau un symbole, celui de la guerre.

De l’autre côté, sur la mansarde de gauche, on peut voir un panache de plume d’autruche… que seul un puissant seigneur pouvait prétendre.

En continuant, on peut voir un hibou et une chauve souris. Derrière ces deux animaux, c’était la vigilance qui était incarné. C’était également la grande vertu de Louvois.

Certains auraient dénoncé à Louis XIV cette combinaison. Il aurait laissé faire en disant : « Le pauvre homme ! Je le reconnais bien là ! »

Toujours est-il que ces représentations sont toujours là.

Sources bibliographiques

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer