Les grands noms des spectacles de foire

Les grands noms des spectacles de foire marquèrent l’ensemble du XVIIIe siècle grâce à leur belle ingéniosité qui les rendit populaire

 

Pendant pratiquement cent ans, de la fin du XVIIe siècle à la veille de la Révolution, les spectacles de foire attirèrent les foules.

Ces grands succès furent l’œuvre, certes d’un contexte favorable avec sa franchise d’impôts et sa certaine liberté face aux privilèges, mais aussi aux talents de grands noms. Découvrons les !

 

Les grands marionnettistes

Alexandre Bertrand, le pionnier

Nicolas Bienfait, trois pour le prix de trois

Guillaume Nicolet

Entre 1684 et 1725 Une génération de trois hommes entre 1717 et 1750 1725
·  Personnage haut en couleur qui rendit la vie horrible à son frère pour le faire fuir

·  De ses débuts marqués par l’improvisation, ses spectacles se complexifièrent

 

·  L’aïeul : Gendre d’Alexandre Bertrand, il se lança en 1717 pour tenir une cinquantaine de pièces avant son retrait en 1744

·  Le fils : C’est en gagnant un procès qu’il prit son indépendance

·  Le petit fils, qui fit rapidement banqueroute

·  Ancien joueur de violon et maître à danser, il se lance en 1725

·  Son fils François Paul Nicolet reprit sa loge, tandis que son autre cadet, Jean Baptiste s’installa à Saint Germain

 

En savoir plus sur les marionnettes de foire

 

Les grands danseurs de corde

Charles Alard

Moritz von der Beck, dit Maurice

Bertrand ou le combat acharné face à la Comédie française

Entre 1678 et 1711 1696 – 1699 1725 – 1712
·  Reprise en 1678 des personnages de la Comédie italienne

·  Associé à son frère Pierre, il jouait des pièces écrites par Bellaveine.

·  A noter qu’après avoir quitté le théâtre Pierre Alard devint arracheur de dents.

·  Ancien élève d’Alard, il loua en 1696 un emplacement dans le préau de Saint Laurent

·  Il mourut après la foire de 1699

·  A chaque interdiction de spectacle voulue par la Comédie française, il innovait : les dialogues interdit ? arrivée des monologues qui se suivent. Les monologues interdits ? des spectacles muets avec des écriteaux

 

On peut citer également :

  • La veuve Maurice, qui reprit la suite de son mari
  • Michu de Rochefort et Tiquet
  • Christophe Selle

 

en savoir plus sur les danseurs de cordes

 

Les grands directeurs de l’Opéra comique :

Les deux pionniers : Gautier de Saint Edme et la Dame Baron

  1. En 1717, Gautier de Saint Edme reprend la troupe de la veuve Maurice en 1711.
  2. L’année suivante, la fille de la veuve Maurice, la Dame Baron rachète la troupe d’un autre directeur, Nivelon. Elle lance alors un procès face à son rival et débauche certains de ses acteurs
  3. Les deux directeurs s’associent en 1713, sans fusionner ; chacun se présente dans le public dans son coin
  4. Obtention par Saint Edme d’un bénéfice large de l’Opéra et fusion avec la troupe de la dame Baron
  5. 1716, la dame Baron obtient l’exclusion de son associé

 

Après leur duel, Francisque profita de l’espace. Il arriva dans les foires en 1720, sans détenir de privilège de l’Opéra comique. La Comédie française le laissa faire pour affaiblir ses concurrents. Aussi,il dut faire face à la demande d’interdiction de l’un d’entre eux Lalauze. Toutefois, au fil des jours de la foire, les autorités judiciaires rendaient des avis contradictoire, entraînant la fermeture de l’un, puis de l’autre, puis de l’un… et ainsi de suite.

 

En savoir plus sur l’Opéra comique de foire

 

Les derniers personnages des spectacles de foire.

En 1760, Nicolet revient à Saint Laurent, cette fois-ci à la tête de danseurs de corde. Outre sa présence à la foire, il avait une loge sur les Grands Boulevards lui offrant un bel espace et rencontra le succès.

En 1768, on l’obligea à limiter sa troupe à 6 violons et 10 danseurs.  Il obtint ensuite le titre de danseur du roi et pu se faire construire une grande loge à Saint Laurent en 1780.

 

C’est en 1779 que Nicolas Médart Audinot se construisit une grande salle au milieu de la foire. Il bénéficiait déjà d’une certaine notoriété grâce à sa troupe d’Ambigu comique présente sur le boulevard du Temple, depuis déjà 1769.

 

En savoir plus sur les derniers spectacles de foire

 

Sources bibliographiques

 

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer