Les bohémiens

Les bohémiens, selon le recit de Sauval, étaient une communauté pauvre, venue d’Egypte, et condamnée à errer sans pouvoir s’établir

 

Dans un chapitre dédié de son Histoire des Antiquités de la Ville de Paris, Henri Sauval, historien du XVIIe siècle met en avant son récit des bohémiens.

 

Une compagnie de voleurs distincte de celle vivant à Paris

Il indique qu’en 1427, une nouvelle compagnie de voleur rejoint Paris. Différentes des coupeurs de bourses et des argotiers, elle était organisée elle aussi en royaume propre. Ils avaient à leur tête un roi et une reine, entourés d’officiers.

Sauval complète qu’ils volaient et mendiaient comme les acolytes. Cependant les hautes personnalités se déplaçaient à cheval.

Toutefois, le roi et la reine étaient morts sur le chemin. En outre, cette communauté faisait partie des plus pauvres.

 

L’origine des bohémiens et leur condamnation à errer

Suivant les dires, cette communauté était d’origine de la basse Egypte. Ils auraient été Sarazins et musulmans avant de prendre la religion chrétienne par la force lors de leur passage en Pologne.

Ils furent envoyés à Rome où le pape les aurait confessés et condamné à errer dans l’Europe médiévale pendant 7 ans. Afin d’éviter qu’ils ne meurent de faim, le souverain pontife aurait envoyé une bulle aux évêques pour leur donner 10 livres tournois. A terme, il leur aurait promis un territoire.

Pour donner de l’appui à cette histoire, Sauval expliqua qu’il tenait cette histoire d’un docteur en théologie.

 

Des diseurs de bonne aventure

Ces bohémiens avaient des talents de diseurs de bonne aventure. Ainsi, ils donnaient des nouvelles des proches, en lisant les lignes de la main. Cependant, ils accompagnaient cette voyance par le vol des bourses qui traînaient.

Sauval les présente avec « le visage bazanné, les cheveux tous frisés, les oreilles percées, et un ou deux anneaux d’argent à chacune. »

 

L’arrivée des bohémiens à Paris

Un compagnie, dirigée par un duc et un comte, se seraient présentée dans Paris le 17 août 1427. Toutefois, elle n’aurait pas réussi à aller dans la ville et aurait du s’établir dans le village de la Chapelle, sur la route menant à Saint Denis.

Cela faisait 5 ans qu’ils erraient dans « la chrétienté ».

Leur arrivée correspondait à la foire du Lendit, près du village de la Chapelle. De ce fait, leur arrivée attira de nombreux parisiens, venus se faire conter l’avenir. L’évêque de Paris lui-même leur rendit visite, accompagné d’un prédicateur. Il excommunia alors ceux qui disaient la bonne aventure.

Ils repartirent, enfin, le jour de la nativité de la Vierge

 

Les bohémiens revinrent ensuite plusieurs fois à Paris. Ainsi, ils seraient venus à plusieurs reprises.

Toutefois, les Etats généraux de Blois en 1561 et un arrêt du Parlement de Paris en 1612 les expulsèrent. Ils devaient à chaque fois quitter le royaume de France, courant sinon le risque des galères.

 

 

Sources bibliographiques

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer