Le fronton du Palais de l’industrie

Le fronton du Palais de l’industrie à Saint Cloud, un vestige du premier palais des expositions universelles.

 

Construit pour l’Exposition universelle de 1855, le palais de l’industrie s’élevait au niveau des Champs Elysées. Il resta debout pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle. 

Ce n’est que pour l’Exposition Universelle de 1900 qu’il est totalement démonté. Le Grand Palais fut érigé à la place. 

 

Suite à la démolition du Palais de l’industrie, son fronton, et notamment ses statues furent conservées. On les déplaça alors à Saint Cloud, en application de l’arrêté du 25 novembre 1899. 

 

Allégorie d’une France victorieuse dans le progrès

Revenons un instant sur la symbolique de ces statues ! 

Au centre, la France couronnant de lauriers l’art et l’industrie par Elias Robert.

Nous sommes en 1855 dans une époque où la Révolution industrielle est en marche. Avec l’Exposition universelle de 1855, Napoléon III veut montrer au monde entier que la France est entrée dans la voie du progrès et de son temps. 

Dans son message, l’Exposition universelle se veut le chantre du progrès dans la paix. Aussi, c’est par le travail, l’industrie et les arts, que la grandeur s’inscrit dans cet ère. 

De ce fait, comme le rappelle cette statue, il s’agit donc de valoriser l’art et l’industrie. Ces deux allégories sont assises là sur le fronton. 

Au dessus, la France les couronne avec des lauriers, montrant de ce fait, sa grandeur dans ses actions. 

Frappant de constater enfin que la France est issue couronnée avec un diadème ressemblant fortement à la Statue de la Liberté. 

 

Les enfants

Sur les côtés de la statue centrale, Georges Diebold avait réalisé deux groupes d’enfants.

Adossés à un socle couronné, ils regardent vers le bas. 

 

Sources bibliographiques : 

 

Bonjour,

Quel plaisir de partager avec vous ces belles histoires de Paris !

Suivez nous avec notre Lettre mensuelle en remplissant les champs suivants ou sur notre page Facebook 

Vous pouvez retrouver les derniers numéros à partir de ce lien

 

Vous inscrire à la lettre d'Histoires de Paris

* champs obligatoires

J'ai lu et accepté la politique de confidentialité *
Idée de sortie
 
 


%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer