Le parc des Buttes Chaumont

Le parc des Buttes Chaumont, magnifique espace vert Second Empire, à la place d’anciennes carrières de gypse.

 

Quelle est l’origine du nom ?

Les romains appelèrent les lieux, le Calvus Mons : le mont chauve. Par contraction et avec le temps, le nom s’est transformé en Chaumont…

On y avait également installé à proximité une habitation qui aurait peut être servi de fauconnerie au IXe siècle. En tout état de cause et en raison d’une victoire de comte Eudes de Paris sur les Normands, un lieu à proximité garda un nom évocateur pour les lecteurs de Victor Hugo et Notre Dame de Paris : Montfaucon.

 

L’histoire des lieux

A proximité de Montfaucon et de son gibet, le lieu des Buttes Chaumont fut pendant longtemps un territoire de sinistre image. On y avait également installé une voirie, c’est-à-dire un lieu où on y délaissait les produits d’équarrissages et autres détritus animaux. L’endroit était pour ainsi dire nauséabond.

 

La colline des Buttes Chaumont fut également utilisée comme carrière et mine. En effet, on préleva du gypse et de la chaux, comme dans les collines à proximité (Bergeyre, Belleville…).

En savoir plus sur les carrières des Buttes Chaumont

 

L’aménagement du parc au Second Empire

Avec l’annexion des communes voisines par Paris, le lieu se retrouve dans le territoire de la capitale. Il est choisit pour y installer une nouvelle promenade pour les parisiens. En effet, à la demande de Napoléon III, Haussmann fait installer des grands parcs organisés à l’anglaise : le Bois de Boulogne, le Bois de Vincennes, le Parc Monceau.

Aussi, suivant les consignes d’Adolphe Alphand, la ville fait l’acquisition de 25 hectares sur les Buttes Chaumont au début des années 1860.  Les travaux d’aménagement du parc débutent en 1864 et s’achèvent en 1867 pour l’ouverture de l’Exposition universelle.

Afin d’aménager le parc des Buttes Chaumont, l’année 1864 est consacré aux terrassements. On réalisa alors des falaises artificielles pour accentuer les niveaux laissés par des années d’exploitation minière. 1865 et 1866 furent utilisées pour créer les routes, recouvrir de terres. Enfin, les plantations démarrèrent à fin de 1866.

 

Les différentes composantes du parc des Buttes Chaumont

Dans la partie basse du parc, on creusa un lac artificiel pour la promenade, à l’intérieur on prit soin de laisser une belle île. Cette île est d’ailleurs vertigineuse, avec sa haute falaise… permettant l’installation tout en haut d’un belvédère : le temple de la Sybille. Dés l’origine, deux ponts furent construits pour desservir l’île.

Derrière le lac, on avait aménagé dans le départ d’une mine une véritable grotte. A l’intérieur, s’élance une cascade alimentée par de l’eau venue des hauteurs du parc. Le parc des Buttes Chaumont compte 2 ruisseaux artificiels. A noter que l’eau qui s’écoule dans le parc provient du Bassin de la Villette, après avoir stocké dans un réservoir au niveau de la rue supérieure.

Pour agrémenter la promenade, trois chalets furent réalisés pour accueillir des restaurants. A noter également, que les 8 entrées du parc furent pourvues de pavillons pour héberger les gardes.

Ensuite, pour permettre le passage de voiture à cheval, les sentiers sont plats. Entre les niveaux les piétons peuvent aussi emprunter les escaliers ou des sentiers plus pentus.

 

Sources bibliographiques :

Inscrivez vous à notre newsletter (fréquence mensuelle maximum)

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies, servant à mesurer l'audience de notre site, vous offrir des contenus personnalisés et des publicités adaptées. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer